Brelan d'as en danger

Publié le par jokerdeluxe

Pour ce premier article de stratégie, je me suis dit que rien ne m'obligeait à faire dans le général ! Autant regarder de près un détail...
Détail, pas tant que ça : il s'agit d'un cas particulier qui débouche sur une erreur courante dans le no limit : sous-jouer. On ne devrait jamais sous-jouer en no-limit, à part dans quelques situations bien précises. Sous-jouer, c’est retirer toute pression sur les adversaires, leur passer la main en quelque sorte, et surtout leur permettre de toucher une carte gratuite. L’horreur, quoi.
Voyons donc le cas du brelan d'As splitté au flop.
Votre main : A-A, par exemple :
 
Position, tapis, adversaires : peu importe. Je modulerai au fil de l'eau.
Donc vous partez avec la meilleure main qui soit au Hold'em, les As.
L'erreur de base
Certains sont disposés à les "sous-jouer" avant le flop. Holà jeune homme, holà ! Sachez une chose une fois pour toutes : aucune main n'est assez forte préflop pour être sous-jouée. Ce qui signifie en clair qu'une grosse main comme A-A doit donner lieu à relance du surblind. Et si vous êtes vous-même surblindeur, non relancé mais payé, vous DEVEZ vous relancer vous-même.
 Il est vrai que A-A est une de ces mains rares qui ont de bonnes chances de gagner le coups sans être améliorées. Dans cette catégorie, il n'y en a guère que trois autres : K-K, Q-Q et J-J. Mais entre A-A et J-J, il y a un vrai gouffre. Pourquoi ? Parce que la carte max du flop sera supérieure au Valet plus d'une fois sur deux ! (J'ai calculé moi-même cette probabilité. Je m'étonne que personne n'en ait fait état auparavant, en tout cas pas de façon extensive. Je détaille tous les cas possibles dans "Poker Cadillac", à paraître).
Autrement dit, quand vous partez avec J-J, plus d'une fois sur deux il y aura A, K ou Q au flop, et vous serez alors dans la situation très embarrassante d'avoir une grosse paire, mais qui est déjà battue par un imbécile qui sera entré avec, par exemple, K-2 assortis et qui aura touché sa grosse paire splittée au flop. Qui plus est, pour le battre à votre tour maintenant, il ne vous reste que 2 "outs", à savoir les 2 Valets restants ! En admettant que vous fassiez all-in pour essayer de chasser l'importun, donc que vous touchiez les deux cartes suivantes turn et river, votre probabilité de recevoir ce fameux Valet est d'environ... 8% ! Autant vous pendre immédiatement...
Doyle a levé le lièvre
Mais cela n'est qu'une parenthèse dans le propos du jour. Ici, vous partez avec une main autrement meilleure, A-A, que vous toucherez en moyenne… une fois sur 221. Doyle a constaté une chose amusante mais fascinante dans son fameux Super System : quand le flop comporte un As et aucune paire, il y a toujours un tirage à quinte possible. Je sais que ça paraît incroyable comme ça, mais c'est pourtant vrai !
Explication :
On distingue 3 groupes de cartes :
- les "babies", i.e. celles qui sont dans une "roue", une "quinte blanche" : A-2-3-4-5
- les "fortes", i.e. celles qui sont dans une quinte max : 10-J-Q-K-A
- les "moyennes", i.e. celles qui ne sont dans aucune des deux : 6-7-8-9
Ce qui handicape l'As, c'est que comme il figure à la fois dans la roue et dans la quinte max, cela démultiplie les possibilités de quinte.
 Flop "baby" : A-2-9
(Un As accompagné d'un baby et d'une carte moyenne incompatible avec le baby)
Ici, le joueur qui possède 4-3, 5-3 ou 5-4 possède un tirage à quinte.
Flop "gros" : A-J-6
(Un As accompagné d'une grosse et d'une carte moyenne incompatible avec la grosse)
Ici, le joueur qui possède K-Q, K-10 ou Q-10 possède un tirage à quinte.
Les flops "gros " et "baby" présentent des possibilités de tirages à quinte unilatéraux, donc avec 4 outs seulement, comme les tirages ventraux.
Flop "moyen" : A-7-6
(Un As accompagné de deux cartes moyennes)
Ici, le joueur qui possède 5-4, 8-5 ou 9-8 possède un tirage à quinte double : ou encore, tirage ouvert, ou encore, tirage bilatéral. C'est doublement plus méchant que les précédents parce que l'adversaire a alors 8 outs pour améliorer, soit environ 17% sur la turn et autant sur la river (32% sur les deux ensemble).
C'est tout ? Hélas non ! Il y a aussi les flops combinés :
Flop baby combiné : A-3-6
(Un As accompagné d'un baby et d'une carte moyenne compatible avec le baby)
Ici, le joueur qui possède 4-2, 5-2, 5-4, 7-4 ou 7-5 possède un tirage à quinte. Sur ces 5 cas, 4 ont 4 outs et un (le 5-4) en a 8 car il est ouvert.
Flop "gros" combiné : A-Q-9
(Un As accompagné d'une carte grosse et d'une moyenne compatible avec la grosse)
Ici, le joueur qui possède K-J, K-10, J-10, J-8 ou 10-8 possède un tirage à quinte. Sur ces 5 cas, 4 ont 4 outs et un (le J-10) en a 8 car il est ouvert.
Flop "baby-gros" : A-Q-3
(Un As accompagné d'une carte grosse et d'un baby)
Ici, le joueur qui possède K-J, K-10, J-10, 4-2, 5-2, 5-4 possède un tirage à quinte. Ces 6 tirages possibles n’ont chacun que 4 outs.
Conclusion : posséder un brelan d'As, en l'occurrence le brelan d'As au flop, ne constitue en rien une garantie de gain.
Question : comment faire pour le sécuriser ?
Il faut d'abord avoir bien chassé préflop. Ne laissez jamais un blindeur ou surblindeur entrer avec des cartes quelconques quoique combinées, comme par exemple 6-7. Le seul moyen est de rendre le coup trop cher pour lui, donc : relancer à bonne hauteur. Si vous êtes en fin de parole et que déjà 2 joueurs ont payé, relancez de 6 fois le blind (les 4 habituelles + une par suiveur). Si vous êtes en début de parole, relancez de 4 fois le surblind. Ce faisant, vous n'allez maintenir en piste que des mains que vous contrôlez, comme K-K ou Q-Q ou, mieux encore, A-K voire A-Q.
Selon la qualité de vos adversaires, il vous sera difficile d’éjecter un "renard" (joueur à la fois large et agressif) doté de K-Q assortis assis en fin de parole, et qui sera plus dangereux pour vous que n'importe quel A-x. D'où l'importance de repérer les renards le plus tôt possible à votre table.
Rappelez-vous l'objectif premier : encaisser le pot dès que possible. Donc encore une fois, quand vous voyez votre troisième As au flop, quelle que soit la situation, vous devez impérativement ouvrir au moins à hauteur du pot. Même si vous avez déjà full grâce à une paire qui accompagne l'As. Si un adversaire vous relance alors, il ne vous bat que s'il a carré. D'après ce qu'il a fait préflop et la personnalité que vous lui connaissez, vous pouvez définir le taux de vraisemblance de cette hypothèse. En fonction de l'enjeu, vous pouvez le payer, même s'il est très vraisemblable qu'il possède A-x (x étant la hauteur de la paire au flop). Auquel cas, vous devez le payer quitte à y risquer votre vie car vous possédez le full max.
Le fait d'ouvrir très haut au flop quand vous touchez votre brelan max sert aussi à renchérir le « coût du coup » pour les tireurs encore en lice. Si le pot comporte 200 après le premier tour d'enchères, si vous l'ouvrez de 200 au flop, un tireur doit miser 200 pour voir la turn. Donc payer 200 sur un pot de 400, soit une cote de 2 contre 1. Cette cote ne peut lui convenir que s'il a un tirage ouvert et s'il voit la turn et la river. (En fait, sa probabilité de gagner est inférieure parce qu'il affronte déjà un brelan qui a la même probabilité que lui d'améliorer !) Si c'est pour voir seulement la prochaine carte (la turn), sa cote est de 5 contre 1, donc largement insuffisante.
Concernant vos propres chances d'améliorer au flop si celui-ci ne comporte pas de paire, la probabilité de terminer full ou mieux est de 33% sur la turn et la river, donc sensiblement égale à la probabilité d'améliorer un tirage ouvert à quinte touché au flop. Donc 2 fois sur 3, vous allez terminer le coup avec votre seul et unique brelan d'As. C'est à la fois peu et beaucoup : peu si un simple tireur à quinte ou couleur se maintient, beaucoup car la fameuse "doublette" peut aussi compléter le tirage de l'adversaire.
Certes, le fait de jouer fort son brelan au flop va souvent conduire à clore prématurément le coup faute de combattants : vos relances les auront tous fait fuir. Pour ma part, je préfère de loin gagner un petit pot, fût-ce avec une main aussi belle que A-A, qu'en perdre un énorme avec cette main à cause de mon entêtement imbécile à vouloir trop rentabiliser les coups, donc à maintenir trop d’adversaires dans le jeu.

Publié dans Stratégie

Commenter cet article

Leo 29/10/2007 09:20

Hier dans tournois en argent fictif, je touche ma main A-A je relance de pas mal en preflop en esperant me retrouver en tete a tete (j'étais vers la fin de parole).

Le Flop arrive ==> A-2-5 Je me dis c'est dans la poche, quelqu'un avec une aussi mauvaise main(pour faire la quinte) n'as pas pu suivre ma grosse relance et j'ai un brelan d'As. Je continue a relancer a chaque tour de mise et finit par faire all-in.

Pour obtenir A-2-5-3-9

Le mec en fasse avait une main 4-2!!! alors qu'il avait payé 1/3 de son tapis au pré flop

je dois avoué que j'ai été dégouté par cette partie!! Je pense qu'en argent reel personne n'aurais misé gros au pre flop avec 4-2...

Faut faire gaffe, meme avec A-A, un noob peut vous surprendre!! :)



Nezguich 30/01/2006 17:42

Dommage que je ne l'ai pas lu 5 minutes plus tôt cet excellent article...Merci!