Jouer la main As-Roi

Publié le par jokerdeluxe

Hugo Dardenne, joueur de Belgique, a eu l'amabilité de me soumettre son analyse concernant la main As-Roi, qu'il a publiée dans le forum Pokyz.be. Il s'est inspiré de mon livre Poker Cadillac. Je la publie ci-dessous car je la trouve intéressante :

------------------------------

Vous toucherez AK (assorti ou non) environs 1 fois sur 83 (1,20%). C'est relativement rare, je vous le concède, mais il faut pouvoir la jouer correctement. Elle peut rapporter gros mais peut également vous couter très cher si vous ne la maniez pas habilement.
Ce n'est pas inocemment qu'on la nomme parfois "Back to Houston". En mémoire aux joueurs qui auraient tout perdu à Las Vegas avec cette main, et retournaient plumés chez eux, à Houston !

Pour beaucoup, cette main est classée 3ème, après A-A et K-K évidemment. (Voire 4ème après Q-Q pour certains)
Mais Doyle Brunson la préfère à A-A ou K-K car pour lui "elle a un potentiel d'amélioration supérieur et le flop décide vite si on peut se maintenir sur le coup ou non."

Elle représente la main d'attaque par excellence et ne supporte par de suivre des relances (et a fortiori les sur-relances). Il faut la protéger pré-flop, donc relancer suffisamment fort pour espérer se retrouver face à un seul adversaire.

Par contre, si un joueur à votre gauche me sur-relance, il ne faut pas tergiverser. Envoyez votre A-K au milieu de la table sans regret. Votre adversaire possède vraisemblablement une paire inférieure ou égale aux Q (vous serez alors en "coin flip légèrement défavorable") ou pire AA ou KK (vous serez perdant respectivement à 9/1 et 2,5/1)

Au flop, la décision est claire, nette et facile à prendre. Quoique...

Soit vous trouvez un A ou un K (cela arrivera dans un cas sur 3 environs) et vous vous retrouvez sur des roses. Méfiez-vous toujours des doubles paires (que vous avez normalement éliminées pré-flop en relançant), des brelans, des tirages etc. Vous avez peut-être accroché un A avec un kicker plus faible. Il ne reste plus qu'à ferrer votre adversaire et à remonter votre prise.

Soit vous ne trouverez rien (2 fois sur 3 environs). Dans ce cas, je vous conseille d'appliquer le raise and fold c'est-à-dire faire un continuation bet [1] si vous n'avez pas la position ou une sur-relance [2] ou une mise à 75% du pot [3] (si vous êtes en position).

[1] et [3] Le continuation bet (ou la mise) laissera planer une paire faite en main et votre adversaire passera la plupart du temps. S'il relance, vous vous coucherez sans sourcillez. S'il paye, méfiez-vous, il peut cacher un très gros jeu.

[2] Vous ferez croire à une overpair et vous avez de grande chance de rapporter le pot vers votre tapis. Si vous êtes payé, garde ! Si vous êtes sur-relancé, passez sans problème.

Remarquez que si vous êtes payé, vous jouez toujours pour 2 overcards. La probabilité de toucher une paire splittée au Turn est de 6/47 (12,7%) et cette probabilité double si vous espérez toucher une paire splittée sur le board (environs 25%). Et vous serez à ce moment illisible.

Voici la synthèse en image (notez que "AVEC la position" et "SANS la position" sont inversés) :

 

Publié dans Stratégie

Commenter cet article

Stu Ungar 20/04/2008 17:20

Personnellement, j'ai connu plus de déconfitures avec le Big Slick plutôt que des victoires éclatantes.
Maintenant, je la joue différemment. Certes j'attaque, mais si le flop m'est défavorable, je laisse tomber alors qu'avant je tenais jusqu'à la River.

Hugo Dardenne 15/04/2008 23:57

Je prépare plusieurs articles, du même type mais plus complets, sur plusieurs "mains à problèmes" (connecteurs assortis, paires moyennes, petites paires, AQ,...). Je les communiquerai gracieusement à Monsieur Montmirel pour une éventuelle publication sur son site.

Si vous désirez plus d'informations sur cet article, je vous invite à visiter le topic http://www.pokyz.be/forum/showthread.php?t=6776


Bonne lecture.

Marcilhacy 07/04/2008 06:07

Cette présentation successive des coups par paliers est très intéressante car très visuelle. Très bon travail, j'espère qu'il y aura une suite. Amicalement Bertrand