Prédictions fatales

Publié le par jokerdeluxe

Prédictions

Faire des prédictions est un exercice périlleux. Qui aurait pu penser en 1995 que, 10 ans plus tard, la planète serait recouverte de réseaux rattachés à l'internet ? Autre exemple : en 2000, les politiques pleuraient comme des madeleines en regrettant que la France soit la lanterne rouge de l'internet (soit dit en passant, en oubliant que la France avait été précurseur dans les réseaux d'information avec le Minitel créé 15 ans plus tôt). Qui aurait prévu que, 6 ans plus tard, elle caracolerait dans les tout premiers et rendrait jaloux les Américains qui eux, ne connaissent pas les offres globales téléphonie-télévision-internet ?

En revenant plus loin dans le passé, souvenons-nous (ça fait partie de l'Histoire maintenant) de ce qu'on disait en 1956-1957 pendant la crise pétrolière (http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_du_canal_de_Suez) : qu'il restait 30 ans de réserves de pétrole dans le monde. Vous avez remarqué qu'un demi-siècle plus tard, on nous dit toujours la même chose ? Mais je soupçonne ces prédictions d'avoir été teintées d’arrière-pensées. Passons.

Le Poker aussi a ses prédictionnistes. J'ai sous les yeux un article paru dans la référence de presse en matière de Poker, Card Player, paru le 5 novembre 1993. Il est intitulé "Predictions" (d'où mon titre aussi) et signé d'un certain... Mason Malmuth.

Je rappellerai que Mason est ultra-respecté dans le monde du Poker. Avec Sklansky et Caro notamment, il est à la base d'une approche plus raisonnée, plus scientifique de la stratégie pokérienne. Il a ainsi écrit et co-écrit des ouvrages définitifs et réputés. Certains prennent ce qu'écrit Mason Malmuth pour parole d'évangile. Moi-même, je lui reconnais beaucoup de qualités. Mais après cet article qu’il a publié en 1993, je pense que Mason va hésiter à s'adonner davantage au jeu des prédictions, jeu dangereux par excellence, et qui, finalement, apporte peu au débat sinon la possibilité de passer pour le dernier des rigolos.

Dans cet article, Mason fait 6 prédictions. Je vais commencer par les bonnes :

1. Le Hold'em va gagner du terrain face au Stud à 7 cartes.

Constat : c'est indéniable. Le Stud est aujourd’hui mourant, même si, à titre personnel, c'est probablement mon Poker préféré. Mais sa popularité, surtout prégnante sur la côte est américaine, est même là-bas remise en cause par le Hold'em.

2. L'Omaha limit, joué high, va disparaître doucement.

Constat : c'est effectivement ce qui se passe. L'Omaha pot-limit survit comme il peut chez les gros joueurs, mais l'Omaha limit (à limites fixes) se répand surtout sous sa forme high-low.

3. A long terme, le Poker continuera à se développer rapidement.

Constat : tout à fait exact, surtout depuis l'apparition d'internet (où on parlera d'explosion plutôt que de développement).

Passons maintenant aux prédictions discutables :

4. Le rake va continuer d'augmenter, freinant l'expansion du Poker et coûtant finalement de l'argent aux clubs.

Constat : ce qui était une chaude polémique à l'époque et devenu secondaire aujourd’hui. Les prélèvements aux tables (rakes) se sont plus ou moins stabilisés avec le temps et avec la concurrence.

C'est d'autant plus amusant que, sur la même page du magazine, le casino Skyline d'Henderson fait une publicité pour son taux de rake minime plafonné à 10% et à 2,5 dollars par coup pour le Stud à 7 cartes 1-3 dollars (ce qui aujourd’hui est prohibitif à une table de Poker online de ce prix). L'apparition d'internet et ses rakes réduits de moitié a même contribué à modérer les rakes pratiqués par les salles live.

5. Le nombre de grands tournois va décroître.

Constat : c’est exactement le contraire qui s’est produit. Et on n’a pas attendu internet ni le Poker à la télé pour cela : même à partir de 1993, le nombre de grands tournois a augmenté suivant un rythme régulier, aux USA d’abord, mais surtout en Europe. Cette période correspond justement à la multiplication effrénée des gros tournois européens. Mason remarque simplement que certains gros tournois ont disparu. Mais d’autres ont pris le relais par la suite.

6. Le Hold’em no limit va devenir un jeu dont seuls quelques ringards se souviendront.

Constat : c’est, là encore, exactement le contraire qui s’est passé. Cela paraît incroyable de lire une telle prédiction sous la plume d’un personnage aussi important que Mason Malmuth. Mais en 1993, si le nombre de participants au Championnat du monde augmentait régulièrement chaque année d’environ 5 à 10%, le Hold’em no limit ne se développait pas en cash games et restait réservé à de gros tournois. C’était un jeu d’élite. Je reconnais qu’à l’époque, comme j’ai eu l’occasion de l’écrire autre part, personne ne pouvait prédire le succès actuel du THNL.

Avec le recul, ce succès s’explique naturellement :

-         d’abord, les gros tournois étaient toujours en Hold’em no limit, même si seuls quelques gros joueurs pouvaient y participer ;

-         naturellement, quand la télé a commencé à s’intéresser au Poker en 1999, elle a choisi les gros tournois, donc ceux qui se disputaient en THNL ;

-         donc le seul Poker que les gens ont vu à la télé, c’est le THNL, à la fois technique et spectaculaire ;

-         par voie de conséquence, les débutants suscités par les émissions télé se sont précipités sur les tables de THNL dès qu’elles ont été disponibles sur les sites de poker en ligne ;

-         du coup, maintenant, même les petites parties se disputent aujourd’hui en THNL.

Pour dédouaner Mason, je dirai qu’en 1993, il n’y avait pas un seul spécialiste du Poker, je dis bien pas un, pour prédire le grand retour du THNL. Je ne parle même pas d’explosion, juste de retour. Et pour cause : les seuls cash games de THNL étaient ceux qui se passaient pendant les World Series Of Poker et les quelques-uns, très chers, des salles privées des gros casinos, plus quelques parties privées de très gros pontes.

Jusqu’à ce grand champion U.S. qui insistait en 1989 pour affirmer que l’Omaha high allait devenir LE grand Poker de demain et remplacer le THNL. Qui était ce grand champion ? Oui, vous ne rêvez pas : Doyle Brunson himself, l’auteur de la bible du Poker, Super Systems ! Il l’a déclaré dans la brochure annuelle des WSOP. Comme quoi Malmuth n’était pas tout seul à se tromper. Ca rassure.

Et aujourd’hui, quasiment tout le monde s’accorde à dire que le THNL est LE Poker par excellence, le seul presque qui fournisse un « vrai » titre de Champion du monde.

Ne comptez pas sur moi pour confirmer ou affirmer cela, Mason Malmuth m'a appris qu’il fallait se garder de faire des prédictions...

Publié dans Citations

Commenter cet article

caelle 16/12/2006 07:05

Bonjour, je ne suis jamais venue ici mais je suis d'accord avec vous. Internet a mis longtemps à arriver en France. Dans mes souvenirs, ça a commencé à être "démocratisé" courant 95 (mais avec des plateformes propriétaires), je me souviens avoir été à l'époque sur Compuserve et attendre désespérement que la passerelle vers internet soit accessible sur mac!!! :))
ravie d'être passée ici, je reviendrai.

Montmirel 07/03/2006 14:31

Je ne l'ai pas fait parce que... j'ignorais qu'elle existât ! Dont acte.

RexWoo 07/03/2006 14:20

Pourquoi tu ne signales pas que Malmuth analyse lui-même sa prédiction de 1993 sur le site 2+2 ?
( http://www.twoplustwo.com/magazine/current/pubnote0306.html )