Ouverture vers les casinos

Publié le par jokerdeluxe

Le quotidien économique La Tribune a publié hier 16/11 une info d'importance. Devant les mauvais résultats des casinos, ils vont probablement avoir le droit prochainement d'organiser des tournois de poker hors de leurs locaux.

Le Figaro a écrit : "Selon nos informations, un arrêté sera pris prochainement pour autoriser l'organisation de tournois de poker hors de l'enceinte des casinos, dès lors qu'ils resteront sous leur contrôle". Mieux : le nombre de tournois ne sera plus limité (il l'est actuellement à 100 par an).

On se doute que le gouvernement ne prend pas cette décision de lui-même. Le lobby des casinos lui a sûrement soufflé à l'oreille que les 197 casinos français ont enregistré une baisse moyenne de 13% du produit brut des jeux en 2007, que les intéressés imputent à l'interdiction de fumer qui vaut depuis le 1er janvier, mais aussi à la morosité ambiante, à la flambée des cours du brut (qui n'est plus de mise, mais elle l'était en 2007) et bien sûr à la crise.

Maintenant, que cela changerait-il pour nous ? (je suis prudent, j'emploie le conditionnel). A vrai dire, cela dépend de l'application qui en est faite. Car les casinos n'ont pas tous compris l'esprit poker, plus proche de l'esprit bridge que de l'esprit blackjack : non messieurs, les joueurs de poker ne sont pas que des flambeurs, ce sont d'abord des stratèges.

On a vu (et on voit encore) des tournois de casino avec des structures délirantes (genre niveaux de 15 minutes et M de 30 au départ), parce qu'il faut aller vite pour libérer les tables au profit des cash games. Et je ne parle évidemment pas des commissions qui sont elles aussi explosives, même celles du groupe qui a le mieux prouvé ses compétences jusqu'ici - Partouche pour ne pas le nommer.

Donc il reste du chemin à parcourir, car la multiplication des tournois régionaux que devrait susciter cet arrêté (toujours le conditionnel) va baisser les buy-ins, donc générer des commissions relatives plus élevées. Organiser un tournoi à 1.000 ou à 100 euros de buy-in nécessite la même logistique, mais la commission relative pour couvrir les frais est forcément plus faible dans le cas du tournoi à 1000. Autrement dit, on peut très bien se retrouver avec des 1.000 + 80 (ce qui est normal) mais avec des 100 + 30 (aïe) ce qui est intolérable, d'autant qu'il faut y ajouter la commission finale de 4%.

Ce danger plane sur nos têtes mais il n'est peut-être pas si probable. C'est pour cela que je dis : "wait and see".

Pour éviter la cata, c'est toute une politique qu'il faut revoir, mais aussi toute une culture.

Publié dans Humeurs

Commenter cet article