La "fold equity" de Tom Cruise

Publié le par jokerdeluxe

Le comte Claus Schenk von Stauffenberg (alias Tom Cruise) vient de faire exploser la bombe près du Führer dans son QG de Rastenburg, la « Tanière du Loup ». Il s'enfuit mais, au dernier contrôle avant la liberté, sa voiture est stoppée par un sergent tâtillon qui refuse de lever la barrière. Aussitôt le comte descend de la voiture et appelle le général Keitel au téléphone dans le poste de contrôle, en présence du sergent.

- Le sergent me refuse le passage, général. Peut-être auriez-vous plus de chance que moi de le convaincre, dit le comte au téléphone.

Il tend derechef le combiné au sergent, lequel hésite, puis jette l'éponge. Il laisse passer la Mercedes décapotable du comte, qui rejoint le groupe d’insurgés à Berlin.

Le comte n’a évidemment pas appelé Keitel. Il parlait dans le vide. C’était un bluff de premier ordre. Historique ou pas, c’est du grand art. Mais la fold equity était énorme : de l’ordre de 90% à peu près, c’est-à-dire la probabilité que le sergent se fasse enguirlander par le général Keitel en furie contre lui… et se fasse souffler la place à la prochaine promo. On le comprend un peu. Et on comprend que Stauffenberg, le sachant, ait pu berner le sergent Korbe de cette manière.

Walkyrie, de Bryan Singer, avec Tom Cruise et Kenneth Brannagh (un film que j'ai beaucoup apprécié, d'ailleurs)

Publié dans Au cinéma

Commenter cet article