Un quart de siècle après mon premier livre

Publié le par jokerdeluxe

En mai 1984, il y a donc un quart de siècle, je sortais mon premier livre de poker, Le Poker, aux éditions Hatier. La seule photo que j’ai de l’époque avec mon livre est celle-ci, prise en juillet 1984 sur une plage de Jard-sur-Mer. Le président de la république s’appelait François Mitterrand depuis trois ans, le premier ministre, Laurent Fabius depuis quelques jours, la Haute Volta devenait le Burkina Faso et un certain Carl Lewis remportait quatre médailles d'or aux jeux Olympiques de Los Angeles. C’était un monde bizarre peuplé d’anciens combattants au pouvoir, sans internet, sans téléphone portable et presque sans micro-ordinateur… un monde où seul un provocateur, un fou ou un artiste pouvait affirmer qu’il jouait au poker, ce jeu de rentiers, d'artistes ou de voyous qui ne pouvait vous valoir que plaies, bosses et ruine.

Loin de moi l’idée de jouer les vieux de la vieille du poker, mais enfin, un quart de siècle, ça se fête. J’avais commencé ce livre fin 1982, dans ma deuxième année d’université. Je me souviens relisant mes pattes de mouche sur les bancs de l’amphi A du pavillon de sciences-éco de l’université Paris X (Nanterre), où des graffitis datant de mai 68 transparaissaient encore sous la crasse de certains murs. Dans la bibliothèque plus calme, ou dans le train que je prenais tous les jours pour relier Cergy où je vivais à l’époque, je corrigeais, rédigeais, relisais mes textes sur des pages volantes. J’avais passé un temps fou à recalculer toutes les probabilités du jeu, et je les avais soumises à mon prof de statistiques, qui m’avait même dit : « Quelle drôle d’idée d’écrire un livre sur le poker ? ». Il avait raison. A ce moment-là, c’était vraiment une drôle d’idée.

Je voulais que ce livre apportât une véritable nouveauté par rapport à ceux que j’avais lus que je trouvais insuffisants, et pour servir cet objectif, je faisais de l’écriture extensive. Au total, entre l’idée de base et le point final, il m’a fallu une douzaine de mois de travail… un travail discontinu et toujours remis en cause. Un travail dur aussi, car j’ai vite compris la différence qu’il y avait entre écrire un texte pour le plaisir et écrire un texte pour remplir une mission didactique. Au départ, c’est une délectation, mais si on n’y prend garde, cela devient vite un pensum. Je me suis donc frotté au vide glacial du manque d’idée, et après cette épreuve du feu, je n’ai plus jamais eu – je dis bien jamais – l’angoisse de la page blanche.

Ma méconnaissance totale des coulisses de l’édition m’a fait poser des questions au Salon du livre 1983 (qui se tenait au Grand Palais), courir l’information à droite et à gauche, dévorer les rares manuels donnant la recette infaillible pour écrire le best-seller de l’année – laquelle, je le confirme un quart de siècle après, est une pantalonnade.

Je me revois encore, à l’automne 1983, expédier mon manuscrit à quatre ou cinq éditeurs de livres pratiques, et essuyant en retour les lettres de refus conventionnelles ; puis finalement, recevant une lettre de convocation boulevard Raspail, chez cet éditeur réputé pour ses manuels pédagogiques plus présents sur les pupitres des écoles que sur les tables des cercles parisiens. Mes 20 ans à peine révolus ont laissé dubitative la directrice de la collection « Loisirs et Jeux » de chez Hatier, mais j’ai compris assez vite qu’elle m’avait fait venir pour tester si elle n’avait pas affaire à un imposteur. Je jouais régulièrement au poker depuis sept ans, c’est pourquoi j’ai pu lui apporter toutes les réponses requises sans faillir. Je connaissais tous les manuels parus, leurs forces, leurs faiblesses, et je lui ai « fait l’article » pour lui vendre le mien. J’ai signé sur place le contrat. En sortant du bâtiment, j’ai poussé un cri de joie sur le trottoir.

Quand, quelques semaines après, elle m’a informé des précommandes de clients (les libraires), elle a eu un sourire jusqu’aux oreilles pour m’annoncer qu’au lieu des 5.000 exemplaires prévus, le tirage serait de 7.000, grande première dans cette collection. Il faut dire que le dernier livre en date sur le poker était paru en 1978, écrit par Benjamin Hannuna (éditions Marabout), et un de ces rares qui méritent la lecture. Je profitais donc d’un désert quasi-complet sur le sujet. Par la suite, à chaque fois que je revenais boulevard Raspail, j’étais reçu à bras ouverts par le directeur des ventes, qui s’affirmait ravi du succès de mon titre.

La première fois que j'ai vu mon livre sur les rayons des librairies, je n'ai pas réalisé ce qui m'arrivait. Je retournais le livre entre mes mains, et j'avais du mal à comprendre comment tous les efforts que j'avais faits étaient concentrés dans ce petit objet. Mais j'étais heureux comme un enfant.

Le plus beau jour de ma vie n’a pas été mon mariage en juillet 1989, qui a été dissous quatre ans plus tard, mais ce jour béni de 1985 où, sortant de mon école de marketing, j’ai vu mon livre sur la lunette arrière d’une voiture garée le long du trottoir. Ainsi j’avais écrit un livre, mais en plus des gens le lisaient, et le considéraient même si important qu’ils le gardaient dans leur voiture ! Quelle émotion…

J’ai toujours caché avoir écrit un livre sur le poker aux autres étudiants. Discret de nature, je ne voulais pas subir leurs questions empressées. « Et combien t’as touché pour ça », « Montre-moi ton contrat », etc. Tout ce que je savais, c’est qu'à cause de mon entêtement à croire en une chose impossible, j’avais réussi cette chose… et que, donc, je pouvais la refaire encore et encore. Voilà pourquoi d’autres livres ont suivi.

Maintenant, le recul... Je dirai juste que 25 balais, ca nettoie forcément beaucoup devant la porte, mais ca se ne se voit pas passer... Sans doute parce qu'à la longue, ma mémoire devient de plus en plus sélective et qu'elle restitue mal la distance. Tout ce que je peux dire, c'est que plus de la moitié des joueurs que j'affronte aujourd'hui en tournoi n'étaient pas nés quand Poker est sorti... Là ça fait drôle... Mais je resterai toujours un gamin à côté de Doyle Brunson...

Publié dans Mes succès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matador - Manu 05/07/2009 20:48

De quel age parlons nous ???
Je suppose que nous parlons du même , et celui la , je ne suis pas sur d'etre bien plus vieux que d'autres .... bien plus jeunes ....

Amicalement

Matador - Manu 02/07/2009 17:59

Le poker evolue certes sous nos yeux ... mais n'est pas le propre de tout ce qui nous entoure ??

Je ne sais pas qu'elle est le fond de ta pensé lors que tu dis que cela peut te mettre mal a l'aisse , nous en parlerons avec plaisir un de ces jours .

Personellement , j'elargirais le spectre des generations de joueurs , ceux qui jouent depuis longtemps ( j'entends plus de 10 ans ... avant 2000 en tout cas ), ceux qui sont arrivés pendant ou tout de suite apres le boom ( presque tous par le plaisir du jeu ) ... et ceux qui sont arrivés depuis non pas le boom , mais le pheneomene de mode, la peoplelisation , l'entree dans les meurs.

En faite, le fait de jouer ( de l'argent ) au poker etait pas facile a expliquer avant le boom , pas facile pendant ou apres le boom , depuis la peoplelisation , cela est "normal" ...

Si pendant bien longtemps etre un "joueur" etait pejoratif , je pense que depuis peu ( tres peu ) d'années certains sont devenus des Heros ...

Lorsque l'on dit a son travail : "je joue au poker" , que l'on ajoute : "de l'argent" , et que l'on ajoute: "regulierement", que l'on ajoute: "dans des tournois internationaux" .... on est plus regardé comme un voyou ou de maniere pejorative ...

En tout les cas l'approche du poker est, a mon avis tres differente selon les populations ... les vrais joueurs qui aiment jouer au poker qui aiment les belles structures , l'ambiance , l'esprit du poker .... ceux qui jouent "que pour l'argent" ...ils ne prenent pas de plaisir a jouer au poker , ils prenent plaisir a gagner de l'argent , ce n'est pas la même chose .... puis ceux qui jouent parce c'est "bien" de jouer au poker, c'est la classe , c'est convivial ...

On en parlera avec plaisir en tout cas .... c'est qui est sur c'est des gars comme toi avais un vecu , une vision , et une histoire diffente ... et que maintenant , ce n'est pas mieux ni moins bien , c'est juste different !!!!

jokerdeluxe 03/07/2009 12:23


Quand je parle de mal à l'aise, moi qui ai été souvent le + jeune de ma classe, le + jeune à écrire un livre sur le poker, je me trouve maintenant entrer dans un âge plus canonique ! Je suis
toujours un peu gêné de voir un jeune m'appeler "monsieur" quand moi-même, intérieurement, je ne me sens guère plus vieux que lui !...


Matador - Manu 02/07/2009 10:20

Mon Cher Francois ,
Je repredns un peu le temps de lire les forums et mes Web sites favorits , et je tombe sur ce post ...
Tu m'avait deja parlé de ce bouquin sur la plage arriere de la voiture ... mais la lecture du post viens completer les infos que j'avais ... en plus cette photo , que dire ... personellement en 84 j'avais 14 ans et je decouvrais juste le poker , FERME , mon Papa etait fan de Western et l'un l'a amené a l'autre , il jouait avec d'autres amis et je me suis joins a eux tres tôt .... c'est vite passé de "jeu" a autre chose dans mon esprit et j'ai vite compris que l'on pouvait pas tout jouer et surtout pas n'importe comment ... ce qui a vite constitué un avantage pour moi face a "ces" joueurs ...

La vie et d'autres centres d'interet on pris la place du poker pour moi , et je l'ai redecouvert dans un autre varaintes ( comme bien de personnes ) il y a peu d'années ...

Les souvenirs ont rejaillit , les bons mais aussi ceux qui m'ont poussé a comprendre que seul , j'avancerais bien plus lentement ...
C'est la ou tu entre dans mon histoire .... Poker Cadillac , et les cours chez le doc ... depuis jeu joue un peu mieux , enfin j'espere ....

En tout les cas, 25 ans nous separent de cette époque ... je te felicite premierement pour avoir eu le courage de faire le pas vers l'ecriture , de le faire vers le poker , et de le faire depuis 25 ans ...

Aujourd'hui tes bouquins ont depassé les plages arriere des voitures , ca c'est certain !!!

Amicalement

Manu
Matador

jokerdeluxe 02/07/2009 11:48


Ce commentaire me remplit d'allégresse et, en même temps, me met mal à l'aise... Car il met bien en exergue les deux populations qui sévissent aujourd'hui dans le poker, à savoir avant le boom de
2003-2004 et après.

Les pratiques sont très différentes et ton post le fait bien sentir. Tu as commencé à jouer quand j'ai publié mon premier livre, alors que d'autres, infiniment plus nombreux, ont commencé à jouer
quand j'ai publié "Poker Cadillac" en 2006, et après.

C'est toute une culture qui change... On est bien au milieu du gué, nous vivons une époque où le poker lui-même évolue sous nos yeux.


kayjay 19/05/2009 16:44

Super recit. Le temps passe pour tout le monde mais quelle joie d'avoir accompli son désir.
Félicitations pour tes livres, ton esprit pédago et ta gentillesse.

SimEFP 19/05/2009 10:35

Une très belle histoire... GG