Premières analyses sur la table finale des WSOP de novembre

Publié le par jokerdeluxe

Le sondage du site de poker WSOP donne le Frenchie Antoine Saout (Tonio292) très bas (moins de 1%) et je trouve que c'est tant mieux, car cela lui donne une image inoffensive. De toute façon, ce sondage ne veut pas dire grand chose puisqu'Ivey est donné gagnant à 75% alors que son short stack de 5% des jetons ne peut pas lui donner une telle cote, fût-il le meilleur joueur du monde (ce qu'il est peut-etre). Je dirais que sa cote réelle tourne autour de 25%...

Du point de vue des tapis en présence, on se retrouve dans une configuration proche de 2002, avec un chip leader possédant 25% des jetons. En 2002, il y avait :

Tony D 231K
J Gardner 394K
S Gray 545K
R Perry 766K
M Ly 614K
R Varkonyi 640K
J Shipley 2.033K
R Rosenblum 927K
H Hall 161K
(Poker Cadillac, pp. 463-464)

Et Shipley a terminé 7e, bien qu'ayant plus du double du deuxième au départ de la finale, et 25% des jetons au départ de la TF. Il s'est planté après deux coups perdus qu'il n'aurait pas dû jouer. Et c'est Varkonyi qui a gagné avec 9% des jetons au départ. Lequel Varkonyi partage avec  Fowler (1979), et dans une moindre mesure Moneymaker (2003), la réputation du type qui n'aurait jamais dû gagner le main event...

Rappelons la configuration de la TF de novembre 2009 :

- Siège 1 : Darvin Moon - 58 930 000
- Siège 2 : James Akenhead - 6 800 000
- Siège 3 : Phil Ivey - 9 765 000
- Siège 4 : Kevin Schaffel - 12 390 000
- Siège 5 : Steven Begleiter - 29 885 000
- Siège 6 : Eric Buchman - 34 800 000
- Siège 7 : Joe Cada - 13 215 000
- Siège 8 : Antoine Saout - 9 500 000
- Siège 9 : Jeff Shulman - 19 580 000

(M moyen 33, M d'Antoine 15)

On peut toujours espérer que Moon s'empale ici car gérer un aussi gros tapis n'est pas chose facile en début de TF (tout le monde ne s'appelle pas Raymer), mais on ne peut évidemment pas compter là-dessus. Il va surtout être exploité comme réservoir à chips par les autres.

La clé est donc Moon :
va-t-il se contenter de payer les blinds pendant les 3 prochains niveaux ou va-t-il au contraire attaquer et imposer sa loi, au risque de faire quelques livraisons qui vont remettre en selle des adversaires ? La deuxième hypothèse est la plus favorable à Tonio292 car il doit absolument décoller de ses 5% de jetons. Mais ce n'est pas si dramatique vu qu'Ivey a le même problème de toute facon, avec Akenhead, Schaffel et Cada, les 4 autres short stacks de la finale qui sont compris entre 6 et 13 millions de jetons.

Une autre clé est le fait que la TF est "all American" à part Akenhead, Britannique qui est encore plus short stack que Tonio272. Cet élément parait sibyllin comme ça, mais il n'y a rien de plus faux. Le chauvinisme joue bcp dans le poker, et ce point n'est pas à l'avantage du Francais. Il pourrait pourtant en tirer parti en jouant intelligemment ses très grosses mains, avec un acting de bluff. Il susciterait des relances adverses destinées à l'éliminer et aurait une plus grande chance de doubler sur ce genre de coups. Je sais que ce point mérite débat, mais j'estime pour l'avoir déjà vécu en Autriche, qu'il revêt une grande importance et qu'Antoine ne doit en aucun cas le sous-estimer.

Publié dans Stratégie

Commenter cet article

kipik 22/07/2009 14:10

la position d'antoine est un vrai pb, par contre. BU mort, CO pas meilleur (et qui ne s'améliore pas si le short saute rapidement). HJ super périlleux. Autant dire qu'il n'y aura pas de jetons faciles de ce côté...

LeScribe 22/07/2009 10:31

Très belle analyse, François.

Néanmoins, j'ajouterai une petite nuance pour la comparaison avec la TF de 2002 : elle se jouait dans la continuité des x jours de bataille, et pas 4 mois après.
D'ici là, Moon à de quoi être coaché et reprendre la bataille avec l'esprit clair ;-)

Mais bon, que Moon l'Américain soit champion du monde alors que l'on célèbre le 40ème anniversaire (comme les WSOP) de la mission qui a envoyé 2 autres Américains sur la Lune, ce serait encore un pied de nez très WSOPesque...

Allez Antoine, renvoie-les sur la Lune ! :-)