Antoine Saout et David Sklansky

Publié le par jokerdeluxe

 
A vrai dire, j’ignore si ces deux-là se sont déjà rencontrés, mais ce que je sais, c’est que David Sklansky a beaucoup de choses à dire à Antoine d’un point de vue stratégie du poker.

 

Je prépare en ce moment la sortie prochaine de Tournament Poker for Advanced Players en francais, qui portera le titre de Poker de Tournoi Plus, et je voulais signaler aux aficionados de ce grand auteur qu'est Sklansky qu’ils n’allaient pas être déçus, loin de là. J’aurai l’occasion d’y revenir.


Il y est question, à un endroit, de la politique de l’avant-dernier tapis quand on est en table finale. Dans cet excellent livre, Sklansky a notamment écrit ceci à ce propos (traduction Ayesha Carmody) :

 

« Je me suis parfois retrouvé à la table finale d’un tournoi, en ayant l’avant-dernier tapis, jouant assez serré, et en impressionnant tous mes adversaires. Mais la plupart d’entre eux supposaient simplement que j’essayais de durer. Puis, le plus petit tapis double. A ce stade, j’ai le plus petit tapis, et je commence immédiatement à relancer avec bien plus de mains. Et ces adversaires, qui n’ont pas conscience de ce que nous venons de parler, n’ont aucune idée que je viens d’élargir significativement ma gamme de mains de départ, et de ce fait, jettent rapidement toutes leurs mains sauf les toutes meilleures. Cela me permet souvent de voler mon retour à l’avant-dernière position, où je retourne à mon cocon jusqu’à ce que le plus petit tapis soit décavé ou double encore une fois. »

 

Il y a deux manières de devenir le plus petit tapis quand on est l’avant-dernier tapis :


- soit le plus petit se fait éliminer, et être maintenant le nouveau plus petit tapis est compensé par le fait qu’on a un adversaire en moins

 

- soit le plus petit nous repasse devant

 

... et dans un cas comme dans l'autre, c'est un point d'inflexion, et il faut changer de braquet.

 

On le sait, Sklansky est un esprit matheux, et on comprend qu’il ait appliqué une idée très simple : si je suis en table finale avec l’avant-dernier tapis, et si je m’arrange pour toujours me maintenir avant-dernier tapis sans chercher à devenir chip-leader, je vais forcément atteindre le tête-à-tête final !

 

Cela me rappelle une excellente idée qu’avait appliquée Jupiter pour se qualifier dans un super-satellites online : toujours se maintenir au-dessus du tapis moyen, même à un jeton au-dessus, et ne viser rien d’autre que cet objectif. Eh bien ca marche, au détriment des joueurs qui prennent des risques pour gonfler leur tapis. Mais attention : cela implique de temps en temps de faire all-in. Qu’on ne me dise pas que c’est hyper-conservateur de faire all-in !

 

Je ne veux pas discuter le propos de Sklansky, c’est à tout un chacun de se faire une opinion. Mais ici, dans la finale mondiale de novembre prochain, Antoine Saout aura bien l’avant-dernier tapis au départ. Il sera alors bien inspiré de tenir compte des conseils de David Sklansky. C’est une stratégie simple de préservation qui n’exclut pas les « sorties » en cas de grosses cartes et de situations favorables, donc les effets de leviers pour grimper dans les jetons. A ce petit jeu, c’est toujours le plus petit tapis qui prend les risques, pas les autres.

Publié dans Stratégie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article