Le poker, ça s'apprend !

Publié le par jokerdeluxe

Pendant longtemps, beaucoup ont cru que le poker ne relevait que du "feeling", de "l'instinct", du divertissement, voire de la chance.  :-D

On sait maintenant que si la victoire au poker est effectivement une question d'instinct, c'est d'abord et avant tout une question de techniques : les situations récurrentes, les qualités à développer, les attaques à mener, l'identification de l'adversaire… autant de points techniques qu'il faut élucider puis maîtriser pour prétendre un jour à la victoire.

Le poker de compétition, en particulier le Texas hold'em no limit, poker des tournois télévisés, est tellement répandu aujourd'hui que les adversaires ignares n'existent plus -- si tant est qu'ils aient existé un jour. Le joueur, d'où qu'il vienne, a maintenant à affronter des adversaires dotés d'un savoir-faire minimum, parfois même des joueurs dont le poker est le métier.

Une prise de conscience précoce

J'ai observé depuis la fin des années 1980, à l'instar du premier conférencier Mike Caro, une multiplication aux Etats-Unis d'écoles et d'enseignants (Bob "The Coach" Ciaffone, Roy West…). Mais les Etats-Unis ne sont pas la France : pays cinq fois plus peuplé, pays où le poker est LE jeu de cartes national, il est normal que tout ce qui touche au poker s'y développe dans des proportions énormes et avant le reste du monde.

J'ai dispensé mes premiers cours en 2001. C'étaient des cours particuliers pour des joueurs qui souhaitaient perfectionner des aspects précis de leur jeu. Mais je n'ai pas lancé à l'époque de "formation" structurée, faute de demande suffisante.

En 2005, suite à la demande de plusieurs lecteurs de Poker de Tournoi,  j'ai commencé à réfléchir sur une formule de formation, mais sans véritable succès… parce que je ne savais pas par quel bout commencer : je n'avais pas de local pour les cours collectifs, je voyais mal la viabilité de l'aventure, et surtout j'appréhendais mal le contenu, même si je connaissais celui de Mike Caro. Je savais que des cours trouveraient leurs élèves mais il fallait proposer une formule que je ne possédais pas.

Mon premier cours collectif !

Mon premier cours collectif !

Le bon docteur

Et en janvier 2006, l'équipe d'internes du Docteur Stratagème est arrivée. Ce magasin parisien avait une demande croissante de cours. Il vendait mes livres et me connaissait indirectement. Il semblait impatient que je m'intéresse à ses patients, le Doc.

Et le bonhomme avait déjà réfléchi à des formules. Alors nous en avons longuement discuté. Et nous sommes arrivés à une formule à trois niveaux : initiation, perfectionnement général en Hold'em, expertise thématique en Hold'em.

Les cours collectifs ont commencé en février 2002 sous la bannière "Atelier Poker". Je ne crains pas de dire qu'ils ont remporté un franc succès. Plus d'une vingtaine de cours ont eu lieu entre février 2006 et les vacances d'été, formant plus de 300 personnes. Et c'est de cette façon que s'est installée progressivement l'idée qu'on pouvait perfectionner son poker à travers une formation, même courte. C'était gagné : la longue vague de vaccination contre le virus du poker de paccotille avait commencé.

 

L'Ecole Française de Poker

Aujourd'hui le concept de cours de poker est devenu banal, du moins pour ceux qui fréquentent les blogs et les forums. N'importe quel joueur qui parcourt les forums internet sait qu'il faut impérativement un cours pour resituer sa manière de jouer, pour passer ce cap difficile que quelques génies peuvent franchir seuls : celui du jeu rentable.

Et c'est vrai : la plupart des joueurs butent un jour ou l'autre à une sorte de "plafond". Ils savent qu'ils jouent bien mais restent peu ou prou perdants sur le long terme. Certains en viennent même à penser que les parties sont truquées, que les bad beats sont toujours pour eux et jamais pour les autres, voire que le professionnalisme en matière de poker est une pantalonnade pour attirer les milliers de "petits joueurs" dans leurs filets. Une sorte de complot international. Alors qu'il n'en est rien ! Je le redis : la véritable raison est d'abord technique.

D'où la création naturelle, début 2007, de l'Ecole Française de Poker (EFP)

Qu'on ne se méprenne pas : l'EFP ne fabrique pas de champions. Un véritable champion est quelqu'un qui, à des moments critiques, est capable de sortir un coup magique, un coup de génie qui relève de l'instinct, d'un esprit artistique. Et je l'avoue tout en le déplorant : ça ne s'enseigne pas. Ceux qui prétendent le faire sont des charlatans.

Mais tous les champions et les professionnels ont en commun une chose : une technique irréprochable. C'est cette technique que les cours de l'EFP enseignent à ceux qui ont pris conscience de la nécessité de les suivre.

Mes interventions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article