Mondial et "second best"

Publié le par jokerdeluxe

C'est avec un certain déplaisir que je vais vous soumettre un coup que j'ai joué hier juste après que la France eut perdu la Coupe du monde de football. Un sale coup n'arrive jamais seul, comme vous allez le constater. Et un coup de boule vaut bien un bad beat ;-D
La partie se déroulait en face de l'écran géant et je ne doute pas une seconde que cette ambiance m'ait un tantinet brouillé l'esprit.
La partie est loose, loose comme j'en ai rarement vu (c'est-à-dire que les joueurs entrent avec des mains basses et relancent peu dans l'ensemble). J'ai 140 euros devant moi, et depuis 2 heures, je ne vois pas une carte. Ou quand j'en vois, ma couleur se fait battre par un full à cause de la doublette finale. J'ai déjà recavé 3 fois.
Les blinds : 2-2. Je reçois 7-4 dépareillés. Jeu nul, mais comme je suis 4e à parler et que tous ont suivi, je décide de le jouer. Sur 8 joueurs, 6 sont entrés ! Et personne n'a relancé (c'est donc bien une table "loose", "large").
Le flop : Qc-8c-6t.
  
J'ai tirage à quinte par le ventre. Magnifique ! Non, je plaisante, évidemment. Tous les joueurs checkent. Il me vient alors l'envie un peu folle de voler le pot. Je mise 10 (le pot contient 12). Seul le bouton suit. C'est une joueuse que je connais et que je sais agressive.
Avant de voir tomber la turn, je prie en secret : "Donne-moi un Cinq, s'il te plaît".
Turn : 5p.
Grandiose : j'ai la quinte. Et aucune couleur possible, juste un tirage à cœur. Le pot contient 32. Je vais bien sûr ouvrir. Je me dis que mon adversaire a peut-être deux cœurs, peut-être A-7 qui lui fait tirage à quinte… donc il est hors de question que je checke et que je lui offre une carte gratuite. Mais je ne veux pas non plus l'empêcher de tenter sa chance car je sais que je suis grand favori.
J'ouvre donc à 70% du pot, 24.
Et mon adversaire relance à 100 !
Je sais que j'ai la deuxième quinte. La meilleure est 9-7. Aurait-elle 9-7 ? Possible. C'est la seule main qui me batte. Je la sais capable d'entrer avec cette main, mais elle est tellement improbable… Je la vois plutôt sur 5-5 pour brelan, ou même 6-5 pour deux paires. Ou pourquoi pas, Q-x pour une paire de Dames.
Je temporise. Je me dis qu'elle essaie de m'intimider parce qu'elle veut chasser le tirage à cœur… Et une idée me vient : si c'était elle qui avait le tirage à cœur ? Si c'était elle qui essayait de m'intimider en semi-bluffant ? Elle pourrait avoir, par exemple, J-10 à cœur, et elle aurait joué de la même manière - et ce serait plutôt bien joué je trouve… C'est évidemment là que mon esprit s'embrouille et que, en temps normal, je suis plus clairvoyant.
L'heure de la décision a sonné et je suis comme un footballeur de l'équipe de France devant les cages du gardien de buts italien Buffon : je dois shooter avec pied arrêté. Comme je sais que je vais faire all-in quelle que soit la river, je décide de faire all-in tout de suite. Je ne rajoute que 40, aussi je me doute bien qu'elle va suivre, sauf à la rigueur si elle n'a aucun espoir avec un bluff pur. C'est une attitude que j'ai souvent parce que je préfère la sur-relance à simplement suivre une relance. Avec le jeu "second best", et celui-là encore, je sais que j'irai au bout car il m'est insupportable de laisser son jeu dans l'inconnu.
Je relance donc all-in à 140.
Et comme de bien entendu, elle paie.
Et comme de bien entendu, elle abat 9-7 dépareillés.
Et comme de bien entendu, je suis mort. Ou plutôt moribond, parce que pour me laisser la chance de survivre (en partageant), il me faut impérativement un Neuf.
River : Kk.
Et j'y laisse mon tapis avant de repartir chez moi, en me donnant les mêmes coups sur la tête qu'à pu se donner Trézégué quand son ballon a frappé la transversale et a rebondi à 30 centimètres devant la ligne de buts.
Que dire de ce coup ? Au moins 4 choses :
1. Ne pas jouer quand on est distrait, même si on est en bonne compagnie.
2. Quand on part avec deux cartes connectées dépareillées, le faire avec deux cartes au moins égales au Huit. Pourquoi ? Parce qu'on a bien plus de chances de toucher la quinte max.
3. Ne pas confondre le "second best" avec le "best". J'avoue que sur ce point précis, j'ai fait des progrès énormes car il m'arrive très rarement maintenant d'être battu en ayant le deuxième jeu. Sauf ici…
4. Même quand on touche peu de jeu, ce n'est pas une raison pour rentrer dans le coup avec une poubelle. Ou si on le fait, il vaut mieux attaquer (relance). Gaston Lagaffe ne disait-il pas : "La première gaffe de la journée, c'est de se lever" ?
Une suggestion : à chaque stade de ce coup, essayez de vous imaginer ce que vous auriez fait vous-même...

Publié dans Stratégie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Toma 11/01/2007 15:05

Aprés lecture et relecture et rerelecture: Personellement je me serais couché pré-flop. Mais une fois avoir suivie, j'aurais joué ce coup tout comme vous...
C'est ça le poker...