Retour en Suisse

Publié le par jokerdeluxe

(Pour une information de base sur mes ateliers et coaching poker, cliquez ICI)

Après ma victoire sur le Lac Léman en mai dernier (ICI), c'est avec le plus grand plaisir que j'ai rejoint Lausanne pour un séminaire, le samedi 16 septembre après-midi.

La douane énergique

Une parenthèse : ceux qui entendent passer des liasses d'argent noir en Suisse pour les déposer sur leur compte numéroté courent de grands risques. Avant l'arrivée à Lausanne, j'ai été alpagué (je ne vois pas d'autre mot) dans le TGV par une escouade de la douane volante. Les deux gaillards avec uniforme et casquette m'ont fouillé de fond en comble (y compris mon portefeuille qu'ils ont vidé complètement), ont passé au crible mon bagage...

Ils étaient de bonne humeur ce jour-là et n'ont rien dit sur les 6 exemplaires de Poker Cadillac que j'avais avec moi. Quand l'un d'eux a plaisanté sur Patrick Bruel, j'ai compris que c'était gagné.

J'étais à Lausanne à la demande du club de passionnés qui s'y trouve, et quand je me suis retrouvé parmi eux — 20 aficionados dont 2 femmes qui m'attendaient au tournant —, j'ai su que je devais être à la hauteur. Heureusement, j'avais bien révisé mes cours et j'étais fin prêt pour les 6 heures de poker.

Les premières heures du poker continental en casinos

Après une heure passée à rappeler les origines historiques du poker et à tracer un panorama du poker aujourd'hui, nous sommes tous passés dans la salle attenante pour le repas. Là, j'ai appris que les casinos suisses ouvraient peu à peu des tables de poker.

L'un d'eux avait ouvert une table de poker limit, avec une particularité : le dernier tour se fait à une limite de 100 BB ! Sans doute pour favoriser les flambeurs. Mais cela pose problème : tant que les directeurs de casinos n'auront pas compris que les joueurs de poker voyagent beaucoup, qu'ils forment une sorte de communauté internationale, ils passeront pour des rigolos s'ils n'uniformisent pas leurs règles.

Pourtant, il existe des règles officielles, ou plutôt, dirons-nous, observées partout. Quand on connaît les règles souvent pointilleuses qui tranchent des cas difficiles, par exemple quand un joueur retourne une carte ou quand le donneur en retourne une, on se dit que les casinos seront à 100 lieues d'être respectés s'ils appliquent des règles d'enchères aussi fantaisistes que celles qu'ont m'a indiquées.

Un bon point : ce casino, de catégorie "B" (donc ne pouvant exploiter que 3 types de jeux) a préféré supprimer ses tables de Caribbean Stud au profit de celles du poker, signe qu'on y croit beaucoup.

Etant surbooké en ce moment, je n'ai pas encore eu le temps d'aller visiter moi-même une des quatre salles de poker en phase de test dans les casinos français. Je vais le faire très bientôt (Deauville je pense) et vous dire ce que j'en pense.

J'ai aussi eu des échos du poker à Divonne. C'est un casino que je connais bien, côté français, à deux pas de Lausanne (j'y ai souvent joué au blackjack). Le poker y est installé depuis deux semaines.On y trouve une table de Hold'em limit 1-2 et une autre de no limit 5-10. Curieusement, pour entrer dans cette dernière il faut une cave (buy-in) comprise entre 500 et 2.500. Là encore, on est loin des standards internationaux qui sont à 10 BB pour le minimum et 100 BB pour le maximum, soit en l'occurrence 100-1000.

Ces anomalies sont compréhensibles au début du poker de casino. Quand la phase de test prévue avec les autorités sera terminée (en novembre), il sera temps de normaliser les pratiques sinon les casinos risquent fort de se condamner la clientèle des joueurs de fond et des globe-trotters.

Poker à Lausanne : partage de passions, ambiance de choix

Poker à Lausanne : partage de passions, ambiance de choix

Vive la précision suisse

Ensuite, retour dans la grande salle pour attaquer le gros morceau : les facteurs clés de décision, les fins de tournoi et les cotes financières.

Comme les organisateurs avaient bien fait les choses, nous nous trouvions dans une grande salle bien éclairée à l'écart de Lausanne, avec tout le matériel pédagogique rêvé : paperboard, tableau Velleda, rétro-projecteur et feutrine tendue pour mes cartes à attache Velcro.

Première partie consacrée au principaux facteurs de décision, dont les cartes, la position, le tapis et les adversaires. Puis pause, et phase pratique : dix joueurs prennent place autour de la table, cartes en main, et les coups se succèdent, mes commentaires à l'appui. C'est toujours un moment que les élèves apprécient parce qu'ils sont en jeu réel et me bombardent de questions pour me mettre à l'épreuve moi aussi.

 

Mes légendaires cartes géantes avec attache Velcro !

Mes légendaires cartes géantes avec attache Velcro !

Je préfère être Sancho Pança que Don Quichotte

Puis dix autres joueurs prennent la place des premiers et on reprend le jeu réel avec commentaires. Je demande toujours aux joueurs de justifier leur décision quand elle me paraît discutable. Leurs arguments sont souvent logiques mais je leur donne toujours les arguments réels, ceux qui prévalent sur tous les autres.

Par exemple, un joueur qui a 10-9 dépareillés en fin de parole paie une relance de début de parole au prétexte qu'il a la position. Oui, il a la position, mais il n'a aucune cote car personne n'a payé. Or, s'il tient à tout prix à jouer 10-9 (ce qui est une lubie qu'il a intérêt à abandonner au plus vite, en tout cas dans ces circonstances-là), alors qu'il le fasse agressivement plutôt que de se laisser chahuter.

Si le flop lui amène quelque chose (tirage, paire, 2 paires ou plus), il aura toujours l'option d'attaquer ou de contre-attaquer avec un vrai jeu tout en laissant croire qu'il essaie d'arracher le pot, ce qui peut pousser l'adversaire au bluff. Il se sera donné une chance de piéger son adversaire avec une main atypique.

Discussion-commentaires en jeu réel

Discussion-commentaires en jeu réel

Ce n'est pas simple, pour un débutant en Hold'em no limit, de comprendre que l'important n'est pas de voir des cartes mais de gagner le pot. Que l'important n'est pas de relancer pour charger le pot et augmenter la cote mais de relancer parce qu'on sait que l'adversaire ne paiera pas. Un joueur aguerri le pratique tous les jours mais un joueur lambda n'est pas habitué à jongler avec ces concepts qui vont au-delà des bases habituelles.

J'ai retrouvé à Lausanne ce que j'ai déjà trouvé dans les Ateliers poker du Doc et mes séminaires de province : le joueur lambda progresse d'abord très vite, puis vient le moment douloureux où il a l'impression de se cogner à un mur, de plafonner, de combattre des moulins.

Si vous ne voulez pas devenir le Don Quichotte du poker, venez à mes cours. Je vous expliquerai les actions qui vous font stagner et je vous dirai comment y remédier. Des milliers de joueurs dans le monde sont dans ce cas, surtout en ligne, et ne prennent pas le temps de se coacher. S'ils le faisaient, des pans entiers de leur jeu s'éclaireraient d'un seul coup et ils avanceraient en plein jour au lieu de patauger dans la pénombre.

Pause finale avec les participants au séminaire

Pause finale avec les participants au séminaire

Le gruyère suisse n'a pas de trous, mais les parcours de golf si

L'ambiance suisse a quelque chose de spécial : un air propre peu-être, mais aussi une simplicité et une détente que je retrouve rarement en France. C'est toujours un plaisir de venir en Helvétie. Un des joueurs présents m'a affirmé qu'il y avait la même proportion de joueurs en Suisse qu'en France. Je le pense aussi car mes livres s'y vendent bien.

Pour preuve aussi que le poker y est vivace : le lendemain se disputait quelque part en Suisse un tournoi à 50 euros et déjà 90 joueurs y étaient inscrits. Je doute qu'on atteigne de tels chiffres dans les clubs locaux français pour une compétition à ce prix.

Merci à Grizzli pour l'accueil et la préparation.

Commenter cet article

FMontmirel 01/02/2007 11:45

Pour contacter ce club, cliquez simplement sur le lien "Poker Suisse" dans la colonne de droite de cette page

Gregg 01/02/2007 11:39

Bonjour,

Est-ce qu'il serait possible de me donner les coordonnées de ce club de Lausanne. J'aimerais les contacter, car je débute le poker, et j'habite Lausanne.

Merci !

sylvain moreau 19/09/2006 00:42

C'est vrai qu’ici notre air a quelque chose de propre et que les douaniers font du zèle.
C’est vrai aussi que le gazon de nos parcours de golf est aussi vert que nos tapis, et que le chrome brille sur nos cadillacs lorsque nous nous rendons dans notre casino habituel.
En Suisse comme ailleurs la vague du Texas hold'em a déferlé, ici aussi on aime le Poker.
Une forte communauté de joueurs, dont j' ai le plaisir de faire partie, s’agrandie un peu plus chaque jour dans notre beau pays.
Malgré la fantaisie de certains casinos, le Texas hold'em se fraye un chemin pour y trouver sa place légitime.
Grâce à l' initiative du "Grizzli" (joueur suisse redoutable) quelques privilégiés ont pu bénéficier du séminaire de M. Montmirel.
Sans aucune trace visible de son passage dans les mains des douaniers, M. Montmirel nous a délivré un cours magistral avec simplicité.
Dans une ambiance détendue, nous avons pu confronter nos idées reçues avec celles d’un pro qui détient les clefs d’un poker gagnant.
En posant 12 questions (j’espère que personne ne les a notés...) j’ai pu corriger mes faiblesses et affiner mes connaissances, merci M.Montmirel !
Certaines zones flous qui subsistées après la lecture parfois inattentive de "Poker de Tournoi" et "Poker Cadillac" ont donc été éclaircis durant ce séminaire.
Certains joueurs présent méritaient peut-être un cours plus relevé... mais on n’apprend jamais assez.
Ce sont les petits détails qui font les grandes histoires et les petits rajustements qui font les grandes victoires !
Le lendemain du cours se tenait effectivement un tournoi de 92 personnes. Un tournoi qui c' est déroulé parfaitement, merci aux organisateurs qui ont l' amour de bien faire les choses, le niveau était élevé puisque même avec une montée infernale des blinds le tournoi a duré deux heures de plus qu' il n' aurait dû !
Ce jour la j'ai radicalement changé une chose dans ma façon de jouer un tournoi, en effet j’ai voulu essaye une des clefs du cours de M.Montmirel qui allait a le encontre de mon style de jeux.
J’ai donc commencé le tournoi comme une souris au lieu du chacal que je suis.
Donc je joue 4 mains en 2h., je fold 3 fois (dont 2 AK) sur le flop, et gagne la 4eme.
Après la pause, je suis à M12, je commence à faire le chacal, je retrouve mes marques, malgré la fatigue (le tournoi commence un dimanche à 10h. après le cg du samedi soir) je m’amuse comme... un chacal !
20h. Nous sommes dans les 20 et l’ambiance s’épaissit au fur et a mesure que les joueurs sont éliminés sous les applaudissements respectueux et soulagés des gladiateurs restants dans l’arène.
Je me transforme en lion...et me retrouve à faire le chacal, la hauteur des blinds pénalisant mon tapis. Je me retrouve donc dans une mauvaise situation, d’où je me sors en donnant un badbeat, le seul que j’aurais donné ce jour la et qui me permettra de redevenir lion.
Un autre joueur ce repli sur la tactique et passe de la 15eme place à la 8eme avec un seul jeton de 1000 quand les blinds sont a 30.000 (la bulle était à la 14eme pour les dotations en nature et 10eme pour les bons d'achats) Aidé par un cassage de table heureux, il passe donc de la bulle a 8eme sans jouer son unique et dernier jeton de mille.
Donnez lui un jeton et une chaise…
Malgré mon stack plus conséquent, je décide de m’en inspirer et retient aussi ma respiration.
Quelques vols de blinds plus tard (ils sont désormais à la hauteur vertigineuses de 40.000 pour un stack moyen de 80.000, nous nous sommes accrochés a nos stacks deux heures de trop !) je me retrouve entraîné dans une valse de all-in pour pouvoir survivre un tour de plus.
Je sors 6eme, heureux et épuisé, après 12h. de jeux.
Merci M.Montmirel pour votre aide inestimable !
La prochaine fois, j' essayerais d' intégrer plus subtilement ces nouvelles informations à mon jeux et finirais peut-être premier !
Je garde de ce week-end :
Des cartes qui dansent devant mes yeux,
un bon d’achat qui paye 2 fois ce que m’a coûté le cours,
et surtout le souvenir d’avoir passé deux jours riches en émotions avec des personnes de grandes valeurs.
Merci aux organisateurs, merci a M.Montmirel de s’ être déplacé jusqu’à nous et merci a la chance d’avoir accepté d’être apprivoisée…

Kabooki
Vive le poker libre !
Vive le S.P.T !
Vive les animaux !