Greice piégée

Publié le par jokerdeluxe

J'ai eu le plaisir de remporter le plus long tournoi du Caponga Poker Camp, un Hold'em no limit avec des niveaux de 40 minutes, qui a duré en tout 6h30.
Je me retrouve en tête à tête avec Greice Yamaguchi, la formatrice des croupiers, belle Japonaise habitant au Brésil, surnommée "Mistress" eu égard à son autoritarisme. Je l'observe attentivement depuis 2 semaines à chaque tournoi et j'ai remarqué sa capacité d'attaque mais sa réticence, dans certains cas, à arracher le coup.
Dès le début du duel, je la teste et j'arrive à voler 3 coups sur des bluffs purs que je me fais un plaisir de dévoiler pour lui montrer que je suis en forme - et pour la déstabiliser.
Parti dune situation de 60/40 en ma faveur, j'arrive peu à peu à une situation de 80/20 en jetons.
Le coup final est le suivant :
 
Blinds : 500-1000
Greice : 15.000
François : 45.000
(on note la profondeur des tapis, qui n'empêche pas les attaques sur un coup sur 2 dans ce duel très actif)
 
Je suis surblind et je reçois K-2 dépareillés. C'est une main particulière, et beaucoup d'entre vous vont se demander pourquoi je l'ai jouée. C'est que nous sommes en tête à tête, et cette main est à la moyenne des mains possible (86e sur 169). C'est bien sûr le Roi qui m'intéresse ici, car je pense partir favori.
Greice relance préflop au double (2.000) et je décide de payer.
Flop :
  
J'ouvre à 4.000 pour arracher. Mais Greice ne s'en laisse pas compter et paie. Aïe, me dis-je, elle a peut-être le Valet et essaie de me piéger. Dans ma tête, j'appelle le Roi.
La turn : K !
Je sais, c'est un coup de chance, mais après tout j'ai attaqué au flop et la fortune sourit aux audacieux.
Je réfléchis. Ouvrir est une erreur d'après moi. Je la vois avec J-x, non avec K-x. Ayant ouvert au flop, il est logique que je checke à la turn car le Roi est supérieur. Checker est logique et utile car si elle ouvre à son tour, cela me laisse le temps de réfléchir à nouveau avant de faire all-in ensuite éventuellement.
Donc je checke pour la piéger.
Immédiatement, elle ouvre all-in.
Très bien joué car si je paie, elle va forcément voir la river, ce qui n'est pas de mon goût. J'aurais préféré qu'elle ouvre à 4.000, ce qui m'aurait permis de relancer all-in derrière et d'arracher peut-être le coup sans abattre.
Ayant la paire max et possédant 75% des jetons, je paie évidemment. Et elle découvre J-10. La river n'apporte rien et je gagne.
Ce coup montre comment on peut pousser un adversaire à bluffer. Certes, c'était un semi-bluff car elle avait la 2e paire, mais je lui ai laissé la main pour attaquer et tenter d'arracher le coup. Si j'avais fait all-in à la turn, ou même si j'avais ouvert à la hauteur du pot, elle aurait probablement passé et je n'aurais pas abrégé le tournoi, ce qui m'aurait mis en position de - peut-être - le perdre.

Publié dans Stratégie

Commenter cet article

FMontmirel 01/12/2006 11:01

Bravo pour cette analyse Emmanuel.
Greice supporte depuis une bonne demi-heure mon leadership et mes bluffs découverts, son tapis s'amenuise et elle tente ici un semi-vol. Elle a déjà la paire medium, de son point de vue elle est probablement devant, donc son all-in s'explique.
A sa place, j'aurais relancé au flop plutot que de piéger simplement, car coller au flop en ayant paire max à Valets est dangereux, comme la turn le prouve ici. En tete à tete de fin de tournoi, avec 20% des jetons, il vaut mieux sécuriser ses gains, ce qu'elle a omis de faire. En me relancant all-in au flop, j'aurais évidemment jeté mes cartes et elle aurait continué le tournoi avec 25% des jetons.

Emmanuel 30/11/2006 16:26

Bonjour François,

Allez, je me permets un commentaire d'amateur (dans tous les sens du terme) : en me mettant à la place de Greice, çà ne me parait pas très bien joué de simplement caller au flop avec sa paire de valet, pour ensuite aller all-in à l'arrivée du roi au turn ... En effet, quelles mains pouviez-vous avoir ? Avec JJ, 88, et 44 , vous auriez surement reraisé preflop (grosses mains en head-up, mais qui sont fragiles après le flop). JQ, JK et AJ sont surement aussi des mains qui méritaient un reraise preflop en heads-up, à moins de vouloir slow-player, mais dans ce cas pourquoi ne pas continuer le slow play et checker sur ce flop peu dangereux, quitte à check-raiser ? Donc, à ce stade, elle est soit face à 2 paires splittées (très peu probable que vous ayez callé son raise préflop avec J8 ou a fortiori 48), soit elle a probablement la meilleure main pour l'instant. Votre call preflop peut faire penser à une main de type Ax ou Kx, ou medium suited connectors, ce qui vous donne la 2e paire dans le meilleur des cas (ou tie avec JT). Simplement caller ici peut s'avérer desastreux en vous donnant une carte gratuite, particulièrement gênante si Q, K ou A tombe au turn ... ce qui se produit malheureusement. Vore check au turn n'aurait pas du inciter votre adversaire a faire all-in. En effet, le plus probable était que soit vous aviez déjà une main gagnante (2 paires ou brelan), et ce roi ne vous aurait pas dissuadé de caller son all-in, soit votre main n'a pas été amélioré (Jx ou Ax)), et Greice est toujours devant, soit vous avez effectivement amélioré votre main (Kx), et Greice vient probablement de se suicider ... Vu le haut risque que présentait ce tableau, moi j'aurais profité de cette carte gratuite en checkant également, et j'aurais foldé sur un éventuel bet de votre part à la rivière. Mais j'aurais aussi plutot raisé au flop...

Et vous, qu'auriez-vous fait à la place de Greice ?

Cordialement,

Emmanuel