Chip Reese nous a quittés

Publié le par jokerdeluxe

Ce n'est pas l'habitude de ce blog de jouer les "people" du poker (d'autres le font tellement bien) mais cette nouvelle mérite que je la relaie. Le joueur américain David "Chip" Reese est mort le 4 décembre à 56 ans des suites d'une pneumonie.

Chip s'était fait remarquer du monde entier en gagnant le premier $50.000 HORSE des WSOP en 2006, après un duel marathon de 7 heures contre Andy Bloch. L'homme à la figure poupine se faisait rare depuis des années, à la fois discret, reclus mais toujours affable en jeu. Il avait investi Vegas en 1974, alors âgé de seulement 24 ans. C'était à l'époque un étudiant en droit qui n'avait pas l'intention de devenir joueur professionnel. Outre son bracelet WSOP dû au Horse, il en avait deux autres gagnés à la fin des années 1970 en 7 stud. C'était d'abord un joueur de limit, et un des meilleurs. Dans les années 1980, il a été sacré par la presse spécialisée "meilleur joueur du monde" car c'était aussi une sommité en backgammon et en gin. Son palmarès poker : http://pokerdb.thehendonmob.com/player.php?a=r&n=200

Pour en parler mieux que quinconque, je laisse la parole à Doyle Brunson, qui ne tarit pas d'éloges à l'égard de ce joueur exceptionnel dans son livre My 50 most memorable poker hands :

C’était la première fois que je voyais David « Chip » Reese. Il s’est assis avec tout son budget, soit 8.000 dollars. Chip venait d’avoir son diplôme à Dartmouth et se rendait à son école de droit à Stanford quand il s’est arrêté à Vegas. Il était ici depuis un mois, aux tables 5-10 et 10-20 dollars. Son budget est passé ainsi de 400 à 8.000 dollars. Il m’a avoué ensuite qu’il avait peine à croire à quel point nous jouions mal au high-low.
 
Il a commencé à gagner tout de suite. [ll a battu à plate couture Brunson, Puggy Pearson et Johnny Moss.] Chip aura gagné 150.000 dollars cette nuit-là et n’est jamais allé à son école de droit. A la place, il est devenu le meilleur joueur du monde. Je me suis souvent demandé ce qu’aurait été sa vie s’il n’avait pas joué au high-low split cette nuit-là. (c) Fantaisium

Publié dans Evolution

Commenter cet article