Le poker rend-il fou ?

Publié le par jokerdeluxe

RTL a essayé de répondre à cette question ce matin, podcast ici : http://www.rtl.fr/fiche/37467/le-poker-peut-rendre-fou.html, et Philippe Bouvard aussi : http://www.rtl.fr/fiche/37941/philippe-bouvard-accro-au-jeu.html

Mon avis personnel sur cette question est qu'un addict au poker aurait de la même manière été addict à d'autres choses. Il n'en demeure pas moins que j'ai toujours défendu dans mes livres, y compris dans les plus récents, une pratique modérée et raisonnée. C'est aussi ce que nous défendons à l'Ecole Francaise de Poker.

Le marché du poker en ligne est tellement foisonnant aujourd'hui que toutes les ficelles marketing sont mobilisées par les sites, ce qui implique des comportements de type addictif, comme c'est aussi le cas pour la télé, les jeux vidéo etc.

Cette question est rarement abordée dans les forums, donc il est normal que des médias généralistes s'y penchent. Mais il serait intéressant que des amateurs passionnés débattent de ce sujet, au lieu de le considérer comme un sujet tabou (les addicts sont des perdants -- or on sait combien les perdants sont humiliés dans le petit monde des joueurs de poker).

Si vous connaissez des sujets de forums qui ont débattu de la question, merci de me les signaler en réponse. Je les intégrerai en fin de cet article. Car cela peut rendre service à des personnes qui souffrent d'une addiction.

Je rappelle le numéro vert d'Addictel, l'organisme qui prend en charge les personnes touchées par une addiction au jeu : 0 805 0 20 000.

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent 08/02/2008 18:34

Yep, je suis d'accord. Un addict reste un addict; peu importe les moyens.
Il est tout à fait possible de jouer au poker sans y laisser sa chemise.
Je crois que l'addict aime plutôt le frisson de la perte plutôt que le gain.

Max 02/02/2008 04:28

L'addiction existe dans tout les domaines...

victory84 31/01/2008 09:50

A mon avis celui qui a un fort ego il peu y laissé des plumes et ne pas savoir s'arrêter.
Le libre arbitre ...