Francois Hollande devrait apprendre le poker

Publié le par FMontmirel

Hollande.jpg

 

François Hollande vient juste de dévoiler sa feuille de route, son programme présidentiel précis, la veille même où Nicolas Sarkozy doit annoncer la sienne. 35 mesures concrètes, qui vont du blocage des prix de l'essence à la réforme des retraites, en passant par la rentrée scolaire ou la réforme fiscale.

 

Et certains médias de conclure : "Histoire, au passage, de griller la politesse à Nicolas Sarkozy, qui doit présenter son projet demain.."

 

Sapristi !

 

Les stratèges de nos hommes politiques devraient prendre des cours de poker. Ils y apprendraient en tout premier lieu que, dans 95% des cas, l'avantage revient à celui qui parle en dernier. Parce qu'il sait ce qu'a dit l'autre. Ce qui n'est pas le cas de celui qui a parlé en premier, qui prend tous les risques.

 

C'est un des principes fondateurs de la tactique pokérienne que tous les joueurs sérieux connaissent et appliquent tous les jours avec acharnement, au détriment de ceux qui ne l'appliquent pas. David Sklansky lui-même, que l'on peut qualifier de premier théoricien du poker, avait placé ce point comme tête de chapitre dans sa brochure Le Poker est bon pour vous.

 

S'agissant de la campagne présidentielle en cours, maintenant que le candidat sortant connaît à la virgule près les détails du projet de son principal concurrent, il ne lui reste qu'à rectifier le sien dans le sens qui l'arrange et lui permettra de glaner le plus de voix possible… peut-être dans une proportion décisive. Qui a dit que la politique était un jeu cruel ?

 

Et n'oubliez pas : le 22 avril, quelle que soit votre voix, faites-la entendre !

Publié dans Divers

Commenter cet article

Antoine 04/04/2012 18:06

Je comprends ton point de vue mais la stratégie peut être exactement l'inverse.

Parler en premier donne l'initiative et une image dynamique, on peut penser quelque chose comme "il parle en premier donc il agit en premier".
De plus, si Sarkozy fait référence au programme de Hollande, il est alors en situation de réponse et pas d'impulsion. A mes yeux çà a l'air plus faible.

Mais surtout c'est l'occasion d'éclipser le discours de Nicolas Sarkozy si les médias sont occupés à parler de lui, de son programme et s'il est réaliste, ou non...

Pour appuyer, prenons un exemple dans le marketing. Lorsqu'une grande marque sort un produit, elle vérifie qu'une autre grande marque ne sorte pas un produit dans la même gamme quelque jours avant.
Et si c'est le cas elle décale son lancement pour avoir les médias pour elle toute seule et ne pas être dans l'ombre d'un concurrent.