Les satellites et vous

Publié le par FMontmirel

SPAC_Satellite_Iridium_NEXT_Concept_Blank_lg.jpg

 

Êtes-vous géo-stationnaire ou espion ? Dans les deux cas, vous êtes satellite

On en parle trop peu des satellites… D'ailleurs, quand je trouve un article qui en parle sur le net, presque toujours son auteur commence par dire qu'il est rare de trouver de la stratégie écrite à ce sujet. C'est le moins qu'on puisse dire !

Quelques-uns s'y sont mis mais ca ne dépasse jamais le stade de l'article superficiel – avec, parfois, un article pertinent, comme ce bel article d'Arnold Snyder (de toute façon, tout ce qu'écrit Arnold Snyder, ancien pro du blackjack, est un plaisir de lecture, même si tout n'est pas exploitable à la table – on ressort toujours plus riche après).

On trouve aussi dans les forums des études de cas qui font souvent débat, mais cela ne va jamais très loin. Côté livres, rien en français, à part quelques chapitres ou paragraphes isolés, dans Poker de Tournoi de votre serviteur et McEvoy, ou encore Kill Elky 1. Il existe aussi un livre en anglais signé Tom McEvoy et Brad Daugherty, deux vainqueurs du main event WSOP, mais qui date et qui n'est plus de niveau.

Bref, ce qu'on trouve est assez pauvre, et pourtant il y a tellement à dire sur le sujet ! Au point que j'ai décidé de m'y atteler et d'écrire mon propre livre. Cela a commencé en octobre dernier, date à laquelle j'ai fait un premier inventaire de l'existant, et où j'en ai conclus qu'il y avait un gros manque en la matière.

Je suis donc actuellement en train de terminer ce livre, qui contiendra beaucoup de choses nouvelles jamais écrites sur les satellites, des repères, des exemples à la pelle (plus de 50), des stratégies d'ensemble, des études de cas réels… Le tout avec une approche où les maths ont la part belle. Les EV, ICM, Nash, ranges, HUD et autres risques de ruine constituent les outils nécessaires à mes développements. Rien de complexe, mais je voulais un livre plus pointu que les sempiternels articles évasifs que l'on croise trop souvent sur le sujet.

Maintenant, certains peuvent se dire qu'il ne sert pas à grand chose de faire un livre spécialement pour les satellites. Eh bien c'est aussi ce que je pensais il n'y a pas encore si longtemps. Jusqu'à ce que je me rende compte, à force d'en jouer, que j'observais chez mes adversaires toujours les mêmes erreurs récurrentes, des erreurs qui témoignaient du manque dramatique de connaissance du sujet.

Et surtout, cela m'a démontré que les satellites constituent un réservoir de profit supplémentaire pour ceux qui s'y consacrent sérieusement. Voici quelques exemples :

– Les satellites peuvent baisser votre prix d'entrée aux tournois de 30%, voire 40%.

– Si un satellite distribue un ticket tous les 10 joueurs, un très bon joueur peut arriver à jouer en réalité pour un ticket tous les 6 joueurs, donc à presque doubler sa performance.

– Les satellites avec tickets garantis peuvent générer des overlays (bonus) allant jusqu'à 50%.

– Le cumul de plusieurs avantages (bonne stratégie, exploitation des rebuys, exploitation d'une garantie non couverte) peut conduire à des ROI qui dépassent 700% dans le tournoi auquel le satellite qualifie !

Vous voyez qu'en creusant le sujet, j'ai obtenu quelques résultats !

Une fois n'est pas coutume, ce livre se destine d'abord aux joueurs sur internet, car c'est le lieu où fourmillent le plus de satellites. Il y aura bien sûr un chapitre consacré aux satellites joués live. La date de sortie est prévue pour le 6 août prochain, et ceux qui veulent recevoir la newsletter de parution ont juste une chose à faire : s'inscrire sur la librairie poker en ligne, PokerGagnant.com.

 

Publié dans Livres

Commenter cet article

stefal 23/05/2013 15:19

Excellente initative que d'écrire sur ce sujet.
Au niveau de la littérature, il y a également quelques articles (je n'ai pas la référence sous la main) du Belge Pierre Neuville qui est un véritable spécialiste des satellites. Il a à son actif un
palmarès étonnant: 23 qualifications d'affilée pour les EPT grâce à des satellites.
Même si je suspecte que certaines qualifications aient coûté plus cher que le buy in, il n'en est certainement pas de même pour l'ensemble des 23 et sont expérience mérite d'être connue.
Stefal