Ludovic Lacay sans égal à San Remo

Publié le par FMontmirel

61055590.jpg

 

Il vient de gagner 744 K€ dans l'European Poker Tour de San Remo. Mais ce n’est pas tant la somme qui compte ici, c’est surtout la victoire. En effet, dès qu’on s’intéresse peu ou prou au poker, on entend toujours très vite parler de Ludovic Lacay . Il est beaucoup question de "SirCuts" dans les magazines, on le cite souvent comme un des grands espoirs français depuis qu'en 2007, il a failli remporter le WPT, mais a eu le tort de terminer deuxième.

La vérité est que, à part un BPT à 1500 euros en 2009, cet ancien étudiant en droit de 27 ans n’avait jamais rien gagné. Il avait pourtant perfé, et pas qu’un peu : respectivement 2e, 3e, 8e, 4e du World Poker Tour (2007, 2009, 2010 x 2) et même 16e dans le main event WSOP 2009. Mais de victoire, point.

 

Il fallait bien qu’elle arrive un jour, et à force de remettre l’ouvrage sur le métier, à la fin il touche. Délivrance donc pour notre Ludovic national, qui apporte un 7e titre EPT à la France, après Pascal Perrault, Jan Boubli (2005 x 2), Arnaud Mattern (2007), ElkY (2008), Christophe Benzimra (2009) et l'inénarrable Lucien Cohen (2011). Triomphe qui le propulse 6e du classement historique français et 9e du classement EPT. Winamax, le team, qui a toujours cru en lui, se félicite de l’avoir gardé car la récompense ne vient qu’avec la persévérance. Une belle leçon que nous devons garder tous à l’esprit.

Et Ludovic écrit. Je lis toujours avec plaisir ses chroniques dans Poker 52, n’hésitant pas dans la dernière, intitulée « Les histoires d’amour finissent mal », à commenter une main qu’il a perdue. Ce qui rabat le caquet de ceux qui le jugeaient imbu de lui-même. Et je suis prêt à parier que, même après cette victoire tant attendue, Ludovic ne sera pas plus imbu de lui-même qu’il ne l’était avant. A parier aussi qu'il a toujours autant envie, sinon plus, de gagner encore et encore les titres qui lui ont sournoisement échappé jusqu'ici.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article