Mike Romanos et le joueur de poker ingrat

Publié le par FMontmirel

A propos du concept du "Fancy Play Syndrome" (Syndrome du Jeu Fun) mis en lumière par Mike Caro, le joueur Mike Romanos rapporte une anecdote qui vaut son pesant de ranges polarisées :

"Un des mes "moves à la con" a eu lieu il y a bien longtemps face à mon vieux pote Allen Steinberg. J'ai fait un check-raise au flop sur un tirage backdoor... Puis check-raise encore à la turn quand j'ai touché le tirage à quinte par un bout... Et quand la river m'a donné la quinte, j'ai misé d'entrée parce que j'avais pitié de lui... Résultat : il est devenu dingue quand il a vu ma main à la fin et a dit à tous ceux qui pouvaient entendre quel trou du cul j'étais !"

MR l'a même écrit sur le FaceBook de MC. Ecoutez donc Mike Caro, il l'écrit en toutes lettres en page 105 de son incontournable  Poker Arsenal :

"Le joueur atteint du FPS choisira le jeu créatif plutôt que le jeu rentable. Parce qu'il veut impressionner ses adversaires par son intelligence !"

Que celui qui n'a jamais été victime du FPS lance la première pierre à Mike Romanos !

 Mike Caro à droite, en 1995 à Amsterdam. Celui de gauche, j'ai oublié son *$¥%£+@# de nom.  (Remarque d'un lecteur : "Si tu mettais des photos qui dataient de moins de 15 ans, on aurait plus de chances de te reconnaître !")

Mike Caro à droite, en 1995 à Amsterdam. Celui de gauche, j'ai oublié son *$¥%£+@# de nom. (Remarque d'un lecteur : "Si tu mettais des photos qui dataient de moins de 15 ans, on aurait plus de chances de te reconnaître !")

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article