"Poker Arsenal" de Mike Caro : extrait n°4/4

Publié le par FMontmirel

mike-caro-31586.jpg



Une palanquée de joueurs se sont posé la question d’essayer de dégager les critères qui font gagner au poker. La réponse est à peu près connue : il n’y a pas de recette miracle, même s’il est vrai que de réels critères émergent. Maintenant, je vais vous faire une confidence : depuis 30 ans que je lis les auteurs américains et les autres, jamais aucun autant que Mike Caro n’est arrivé aussi près de toucher du doigt la recette utopique. Cette question l’a tellement obsédé au fil de toutes ces années qu’il est parvenu, à coups d’articles publiés ici et là, à s’approcher progressivement de l’Intouchable Vérité.

Elle figure tout entière dans Poker Arsenal, son premier livre en français qui paraitra le 17 juin prochain, et qui regroupe ses 248 concepts gagnants de toute une vie vouée au gain au Hold’em. Dans ce quatrième et dernier extrait, Mike s’attache à un contrepoint sur ce qui fait gagner et perdre au poker, qui n’est qu’un fragment de sa démonstration complète, et nous propose au quiz pour finir.

 

 

Six bases pour un business de poker fructueux

1. Gérez le Hold’em comme un business


Étape 1 : penser le poker autrement. Ces sept concepts, liés entre eux, vous mettront dans la bonne disposition d’esprit.

A. Savoir jouer ne suffit pas. Il faut jouer sérieusement.

B. Jouer au poker sérieusement ne suffit pas. Vous devez jouer au poker de nombreuses heures pour gagner votre vie.

C. Jouer au poker sérieusement de nombreuses heures pour gagner votre vie ne suffit pas. Vous devez jouer aux bons endroits.

D. Jouer au poker sérieusement de nombreuses heures pour gagner votre vie aux bons endroits ne suffit pas. Vous devez jouer aux bons moments.

E. Jouer au poker sérieusement de nombreuses heures pour gagner votre vie aux bons endroits et aux bons moments ne suffit pas. Vous devez jouer contre les bonnes personnes.

F. Jouer au poker sérieusement de nombreuses heures pour gagner votre vie aux bons endroits et aux bons moments contre les bonnes personnes ne suffit pas. Vous devez jouer au top tout le temps.

G. Jouer au poker sérieusement de nombreuses heures pour gagner votre vie aux bons endroits et aux bons moments contre les bonnes personnes et en jouant au top tout le temps est suffisant – si vous conservez des notes.

2. Conservez des notes

Les notes ne sont pas seulement destinées à votre comptable ou aux impôts. Vous devez les conservez pour analyser ce qui marche. Quelles parties sont les meilleures pour vous ? Quelles limites ? Quels adversaires ? Quels casinos ? Quelles heures ? Utilisez ces statistiques exactement comme le ferait un bon manager de baseball pour prendre des décisions de stratégie, comme quand taper doucement dans la balle, quand voler les bases, quand utiliser un lanceur gaucher.

De plus, lorsque vous avez des notes, vous ne pouvez pas vous persuader vous-même de vos bons résultats. Vous devez affronter la réalité, et cela peut vous inciter à vous améliorer et à rester concentré.

Et ne détruisez jamais vos notes. Il est valable de mener une nouvelle campagne et de recommencer à zéro, mais conservez vos anciennes notes comme références. En fait, repartir à zéro avec une nouvelle campagne n’est pas une mauvaise idée. Le passé est le passé, et vous avez vraisemblablement appris de nouvelles choses, choisi de meilleures stratégies, et peut-être décidé de mettre en pratique une nouvelle discipline à partir d’aujourd’hui. Bien. Alors, il n’y a aucune raison que vous ne puissiez pas mener votre toute nouvelle campagne, le “Nouveau Vous”, exactement comme une équipe de baseball débute une nouvelle saison. Et vous n’avez même pas besoin d’attendre que la deuxième saison s’achève, si cela vous fait plaisir psychologiquement d’en commencer une toute neuve à l’instant. Vous pouvez même donner un nom à cette campagne. Appelez-la “Chocs et Terreurs du Hold’em” ou quoi que ce soit qui vous fasse plaisir.

Mais, une minute ! Avant que vous ne commenciez cette nouvelle campagne, assurez-vous de ne pas détruire vos anciennes notes. J’ai commis cette erreur lorsque j’ai débuté, et je souhaiterais avoir toutes mes premières notes maintenant pour les comparer à mes expériences actuelles. Conservez des notes très détaillées. Elles vous seront d’un grand secours.

3. Choisissez le bon endroit

Rappelez-vous, vous considérez une partie de poker comme votre business. Pour réussir, vous devez faire des affaires au bon endroit. Au poker, vous avez la possibilité de choisir l’endroit où vous allez faire des affaires à chaque fois que vous jouez.

Choisir le bon endroit – c’est-à-dire la bonne partie – est tellement important que cela ne détermine pas seulement combien vous allez gagner. Cela détermine souvent si vous allez gagner. Et une fois que vous êtes dans une partie, décider à bon escient de continuer ou d’arrêter est crucial.

Supposez que vous vouliez ouvrir un restaurant. Vous avez entendu le vieil adage, “Les trois clés du succès d’un commerce sont l’emplacement, l’emplacement et encore l’emplacement”. Peut-être est-ce légèrement exagéré, car il y a de nombreux autres facteurs à prendre en considération et de choses à faire en ouvrant un restaurant ou un commerce de détail prospère. Mais l’emplacement est souvent primordial, car si les clients ne peuvent pas vous trouver et venir facilement, ils feront généralement leurs courses ailleurs. Le fait est que vous voulez faire des affaires là où vous avez accès aux meilleurs clients, pour gagner le plus d’argent possible.

Le poker fonctionne de la même manière. Et, au poker, vos adversaires les plus faibles sont vos meilleurs clients. Si vous êtes un joueur sérieux ou un professionnel, lorsque vous vous asseyez à une partie de poker, vous ouvrez un magasin. Vous êtes ouvert pour faire des affaires.

Supposez que vous ayez dû acheter une licence pour occuper ce seul siège à cette seule table pour les années à venir. Alors, il ne vous resterait plus qu’à espérer d’avoir choisi le bon casino et que les joueurs vous ayant défié jour après jour soient faciles à battre (de bons clients) et que la partie soit aux limites que vous désirez. Heureusement, cela ne fonctionne pas comme ça. Il n’y a pas de licence requise, et vous n’avez pas besoin de construire ou de louer un siège à la table, vous fixant à un seul endroit. L’une des choses géniales à propos du poker-business est que vous pouvez choisir le meilleur endroit pour vous à chaque fois que vous jouez !

Imaginez que vous ouvriez votre propre restaurant à l’endroit qui vous paraît le meilleur, mais que trois restaurants de qualité supérieure ouvrent soudainement autour de vous, dévalorisant vos repas et prenant vos clients. N’aimeriez-vous pas juste transporter votre restaurant autre part le lendemain pour faire redémarrer les profits ? Eh bien, c’est presque exactement comme cela que le poker fonctionne. S’il y a de meilleures parties ailleurs, vous déménagez.

Vous faites des affaires à un nouvel endroit. Parfois, juste changer de siège pour avoir l’avantage de la position sur un adversaire a de la valeur en soi. Donc vous n’avez peut-être pas besoin de déménager votre business de poker à une autre table ou à un casino à l’autre bout de la ville. Vous pourriez juste utiliser la devanture de la porte d’à côté (un siège voisin à la table de poker).

Et puisque l’endroit est la clé de vos profits de poker, vous devriez profiter de cette opportunité sensationnelle. Vous seriez surpris du nombre de joueurs avertis qui échouent à utiliser le concept de l’endroit à leur avantage.

4. Le temps c’est de l’argent

Voici l’un des concepts majeurs sur le business du poker. Au poker, ce n’est pas à l’argent que vous devriez penser. L’argent prend soin de lui-même si vous jouez correctement. Ce qui importe le plus, c’est le temps.

Si vous êtes assez bon joueur pour faire au minimum deux mises par heure, à chaque fois que vous faites une erreur qui vous coûte deux mises, c’est une heure entière que vous devez rattraper.

À chaque fois que vous jouez mal dans une session, vous pourriez devoir investir des jours entiers pour réparer les dégâts. Voyez le poker comme un exercice où il faut accumuler le plus de “bonnes” heures possibles. À chaque fois que vous déviez de votre jeu AAA ou que vous restez à la mauvaise table, ce sont des heures gâchées.

5. Traitez vos adversaires réguliers comme des clients

Traitez bien les autres joueurs. Ils sont vos clients ; ils fournissent votre profit – particulièrement les adversaires faibles. Retenez leurs habitudes. Gardez aussi trace de leurs résultats, exactement comme de nombreux commerces fructueux gardent la trace des achats de leurs clients dans une base de données. Ils veulent savoir qui a acheté quoi et à combien, exactement comme vous devriez vouloir savoir qui vous a procuré le plus de profit. Vous ne voulez pas seulement savoir pour combien ils ont acheté ; vous voulez savoir quels sont leurs produits préférés. Leur argent vient-il à vous grâce à leur façon généreuse de suivre ou grâce à leur tendance à abandonner les pots ? Retirez-vous des bénéfices de leur façon de jouer principalement parce qu’ils ne parviennent pas à contrôler leurs émotions à partir de la première main ou parce qu’ils jouent mal seulement lorsqu’ils sont en train de perdre ?

Qui sont les pourvoyeurs de profit au poker ? Simplement, les plus gros perdants. Peut-être (rarement) y a-t-il un adversaire précis qui ne soit pas un gros perdant tout en étant particulièrement rentable pour vous. Pourquoi ? Parce que vous pouvez le bluffer, ou il est intimidé par vous, il vous procure du profit d’une autre façon. Mais de façon générale, les plus gros perdants dans l’ensemble sont également vos meilleurs clients, aussi vous devriez essayer de les identifier et de jouer contre eux dès que l’occasion se présente.

6. Conservez une bankroll adéquate


Si vous n’avez pas une bankroll adéquate, il y a des chances pour que vous vous retrouveriez fauché. C’est une vérité mathématique absolue. Et c’est la raison principale pour laquelle la plupart des joueurs talentueux et émotionnellement stables échouent pourtant dans leur business de poker. Dépenser une partie nécessaire d’une bankroll qui grossit (parce que vous pensez qu’une longue mauvaise passe est peu probable) est un plan voué à l’échec. La plupart des joueurs gagnants se retrouvent fauchés.

Une minute ! Vous avez lu ce que je viens d’écrire ? J’ai écrit que la plupart des joueurs gagnants se retrouvent fauchés. Même les joueurs de classe mondiale de moyenne et grosse limites se retrouvent aussi fauchés. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent démarrer avec $5.000, gagner $100.000 en quatre mois, dépenser $80.000, et reperdre $25.000. Et alors, que se passe-t-il ? Alors, ils sont fauchés, bien qu’ils aient gagné $80.000. Ce sont de gros gagnants avec de gros problèmes. Je le répète : ayez une bankroll adéquate. (Note de FM : Mike ajoute évidemment tous les détails nécessaires dans Poker Arsenal.)

 

 

 

Caro-Quiz 7 : Qu’est-ce qui fait gagner un gagnant ?

- Question


Voici deux déclarations concernant le fait de gagner au poker :

– Déclaration n°1. Le montant de ce que vous gagnez au poker est déterminé par la grandeur de votre talent.

– Déclaration n°2. Le montant de ce que vous gagnez au poker est principalement déterminé par le degré de la mauvaise façon de jouer de vos adversaires.

Laquelle des opinions suivantes à propos des deux déclarations ci- dessus est vraie ?

A. Les deux déclarations sont fausses.
B. Les deux déclarations sont vraies.
C. La déclaration n°1 est vraie, mais la déclaration n°2 est fausse.
D. La déclaration n°1 est fausse, mais la déclaration n°2 est vraie.

- Réponse

La réponse est A, clairement et à une écrasante majorité. Ces deux déclarations sont fausses.

Déconcerté ? Vous voulez savoir pourquoi elles sont fausses ? OK, je vais vous le dire. Les deux déclarations sont fausses parce que votre propre talent ne fera pas de vous le favori contre des adversaires qui sont meilleurs que vous. Et les faiblesses de vos adversaires ne feront pas de vous le favori si vos faiblesses sont plus significatives que les leurs.

Donc voilà, vous l’avez. Vous pouvez vous entraîner et vous entraîner. Vous pouvez étudier toutes les maths possibles, vous concentrer sur toute la psychologie possible, vous conditionner à vous appliquer à la plus grande discipline possible, et vous perdrez probablement quand même contre des adversaires de classe mondiale. Vous aurez besoin de davantage d’entraînement, de meilleures maths, de psychologie plus puissante et de discipline plus grande qu’ils n’en ont pour avoir la moindre chance.

Et si vous n’avez pas de talents suffisants au poker, jouer contre des adversaires faibles ne vous sauvera pas. Ils pourraient être terriblement médiocres… mais vous pourriez être pire.


---------


Vous venez de découvrir Mike Caro au fil de ces 4 extraits. Vous appréciez ce grand écrivain du poker américain – peut-être le plus grand de tous ? Alors réservez dès maintenant votre exemplaire de POKER ARSENAL, vous le recevrez dès sa parution, en cliquant ICI

 

Extrait n°1

Extrait n°2

Extrait n°3


Poker Arsenal de Mike Caro : sortie le 17 juin 2010, réservez-le dès aujourd'hui.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tomahawk 18/06/2010 23:41


Bonjour,
Vous parlez de : "la recette utopique", à votre avis quelle est la part (%) entre la chance, la technique, la stratégie, xxx ?, pour le NL hold'em par exemple ?

PS : c'est une question qu'on se pose, entre collègue, et on a tous des avis (très) différents.