Quand Zidi le ripoux se donne au poker

Publié le par FMontmirel

CercleStalingrad.jpg

 

La scène se passe au Cercle Stalingrad, dans le 12e arrondissement Paris (photo), tenu par des Russes, lointains cousins de Teddy KGB. Si vous ne le connaissez pas, c’est normal : il vient juste d’ouvrir.

Le jeune Ripoux tente d’amadouer la belle croupière – un sport qu’on a tous pratiqué un jour ou l’autre. Mais la donneuse ne s’en laisse pas compter. Jusqu’à ce que… Mais arrive le patron du ripoux (Laurent Gamelon), un flic droit comme un I qui a eu l’étrange idée de créer une unité spéciale destinée à « déripouxiser » les brebis galeuses de la maison Poulaga. Bref, une âme charitable. Quoique…

Claude Zidi est sur le plateau constitué par le Cercle Stalingrad lui-même, avec son fils, pour tourner ce nouveau rebondissement de la saga des Ripoux commencée en… 1984. En fait, il s’agit d’un pilote pour une série télé possible (je dirais même probable).

Dans l’enchevêtrement de câbles et les abeilles techniciennes qui vont et viennent, les figurants se prêtent aux plans de coupe, aux scènes faites et refaites. J’en suis. Pendant deux jours, j’ai passé le plus clair de mon temps à jouer, jouer au poker comme un joueur lambda avec d’autres joueurs lambda. Je ne vous cache pas que j’ai apprécié la fin des hostilités. C’est bien la première fois que j’ai ressenti un soulagement à m’arrêter de jouer au poker.

Néanmoins l’expérience vaut le détour, ne serait-ce que pour apprécier le professionnalisme des intervenants de la technique. Du grand art… Et puis j’ai eu le plaisir de discuter (brièvement) avec le Master, Deus In Machina, Claude Zidi himself, responsable de tellement de mes fous-rires style Charlots, Coluche et Jean Passe.

 

FM-ClaudeZidi20100819.jpg

 

Le Sphinx approche les 80 mais c'est un jeune homme fougueux que je rencontre. Je l’avais déjà croisé en… 1993 au square Trousseau, à quelques pas du Cercle Stalingrad, pour ce Championnat de France mémorable, le premier en poker ouvert, à une époque révolue d’avant l’ACF. Nous avons évoqué ces temps immémoriaux, avant qu’il refile sur le plateau pour tourner les scènes restantes. Car Claude Zidi jouait au poker, et je crois bien qu’il y joue encore !

La surprise aussi de croiser sur le plateau deux anciens combattants des premiers jours de l’ACF, Robert Kojfer et Michel Cohen, deux adversaires patentés, de ceux qu’on a toujours plaisir et déplaisir mélangés à voir à sa table dans un tournoi. Plaisir pour la sympathie réciproque, déplaisir pour la menace permanente qu’ils représentent. Les deux ont trouvé le moyen d’avoir quelques mots à dire dans la fiction. Nous verrons ce que l’ensemble donnera lors de la diffusion sur TF1 cet hiver. Son titre : Ripoux Anonymes. On y voit même apparaître un autre figurant que beaucoup d'observateurs de donneurs de cartes connaissent - au point parfois de vouloir lui faire un sort quand il vous donne un bad beat avec son air de ne pas y toucher -, j'ai nommé Serge Cirri, mon compère de Poker Trash. Qui, d'ailleurs, se lâche dans son propre compte rendu.

Ah, j’oubliais. Si vous cherchez le Cercle Stalingrad, il est déjà trop tard, il vient de fermer.

Publié dans Au cinéma

Commenter cet article

Sergio Trash 26/08/2010 16:46


Salut François, espèce de traître, tu m'as coiffé au poteau, je te reconnais bien là !! :p
En tous cas j'ai posté ma version ici : http://dealerstories.over-blog.com/article-all-in-chez-les-ripoux-56003964.html
Il y a même ta photo, j'y rajouterai la mienne la prochaine fois, ah si c'est pas de l'amour vache entre nous... ;)