Ripostez aux attaques anti-poker d'Aurélie et de Valérie

Publié le par FMontmirel

 

Pecresse.jpg

Pécresse la tigresse sort ses griffes

contre les joueurs de poker

 

 

Ces dernières semaines, la ministre du budget Valérie Pécresse n'a pas caché son désir profond de prendre le maximum d'argent aux joueurs pro et semi-pro de poker francais, foulant aux pieds le principe sacro-saint selon lequel on n'impose pas une deuxième fois ce qui a déjà été imposé une fois. Car elle semble avoir oublié que, sur internet, un joueur qui joue beaucoup laisse environ la moitié de ce qu'il gagne sous forme de rake, constitué en France principalement d'impôts (les fameux "2% par pot" inscrits dans la loi). Or, selon les souhaits les plus chers de l'irréductible Pécresse, le joueur qui a déjà payé cet écot devra ensuite encore payer l'impôt sur le revenu. Peut-être même qu'en cherchant bien, la Valérie trouvera le moyen de l'imposer sur ses pertes !

 

Eh bien c'est ce qui va se passer, comme je le prouve plus loin !

 

Tout le monde sait maintenant que sur le territoire français, l'amateur d'un petit verre de Bordeaux est un ivrogne, le fumeur d'un petit Havane le dimanche un intoxiqué, et le joueur de poker un dangereux joueur compulsif. Ces grands malades, comme ils ont le choix aussi de se guérir, méritent bien qu'on les tonde et qu'on les retonde encore.

 

C'est d'ailleurs aussi l'avis d'une autre chienne de garde à l'autre bout de l'échiquier politique, Aurélie Filipetti, députée PS de la Moselle. Elle a proposé la semaine dernière à l'Assemblée Nationale un amendement selon lequel tout joueur qui aurait gagné plus de 5.000 euros en 1 an devait être soumis à l'impôt -- ou disons plutôt, à la seconde vague d'impôt comme je viens de l'expliquer. Maintenant que le bouclier fiscal de Sarkozy est supprimé, il n'y a plus de limite, alors pourquoi se gêner ?


FilipettiFilipetti n'a rien à envier à Pécresse, d'ailleurs elle sera

ministre du budget si Hollande est élu président !

 

Heureusement qu'entre les excité(e)s du bocal et les dormeurs il reste encore quelques esprits lucides au palais du Luxembourg. Lesquels ont pointé du doigt le côté à la fois inconstitutionnel et contradictoire du projet. Donc ce dernier a été repoussé in extremis, et pour l'heure, les pro et semi-pros du poker sont à l'abri.

 

Mais ce n'est qu'une trève, et je crains qu'elle ne soit courte.

 

Car le lobby de ceux qui ne supportent pas que l'on gagne de l'argent autrement qu'en allant tous les jours au bureau ou à l'usine va évidemment revenir en force,  oui ou non sous les traits angéliques d'Aurélie ou de Valérie. Ces doryphores reviennent par la fenêtre quand on les a chassés par la porte.

 

Alors voici mon conseil :

 

A partir du 1er janvier 2012, conservez précieusement les preuves de tous les frais inhérents à vos tournois et cash-games. Tickets de buy-in, emails confirmant vos inscriptions, billets de trains, d'avion, kilométrage de voiture pour calculer les indemnités kilométriques, tickets de péage et de carburant, nuitées d'hôtel, notes de restaurant... tous vos frais professionnels de poker, sans la moindre limitation.

 

D'habitude j'aime bien rigoler mais là, je ne plaisante pas. Car le jour où un agent du fisc pointera vos derniers gains sur votre fiche Hendon Mob ou dans un magazine spécialisé, vous serez bien en peine d'expliquer que, tous frais déduits, en fait vous êtes perdant, comme cela arrive souvent. Mais si vous ne pouvez pas le PROUVER, votre parole ne vaudra rien et vous allez devoir payer des impôts sur vos pertes ! Un comble ! Mais c'est normal puisque, comme je l'ai indiqué au début de ce post, je suis un malade, vous êtes un malade, nous sommes tous des malades.

 

En matière de cash-game, sur internet on a toujours une trace des yoyos de notre bankroll, aussi devez-vous bien souvegarder des traces de ces variations. Mais en live, c'est plus délicat. Et pourtant il est essentiel de noter jour après jour vos gains et pertes, quitte à demander un justificatif à la caisse du casino ou du cercle, lesquels devront finir par accepter de les délivrer vu la tournure que les choses sont en train de prendre.

 

D'autre part, il vous sera toujours très difficile de prouver que votre gain live de 20.000€ (par exemple) a été complètement effacé en 3 jours par vos pertes de cash-game, notées nulle part. C'est donc à VOUS et à personne d'autre de noter scrupuleusement, jour après jour, vos pertes et vos gains.

 

Quitte à être considéré comme professionnel, produire un tableau complet pertes/bénéfices est bien le moins, pour ne payer l'impôt que sur la différence. Ce sera une piêtre défense contre les félins qui s'en prennent aux quelques sous gagnés par vos talents de joueur, mais ce sera la seule.

Publié dans Humeurs

Commenter cet article

Rincevent 05/12/2011 20:15

Nice post ;)