Système S.A.G.E. (2/2) : gagnez plus de premières places

Publié le par jokerdeluxe

La semaine dernière, je vous ai présenté la Première partie de ce système réservé au tête-à-tête quand un des deux protagonistes est short stack (moins de 10BB). Cette semaine, voyons les extensions du système. Ce texte est extrait de Poker Duel, livre à paraître le 26 octobre.


"Quelques précisions

– Sommes-nous des robots ?

Plusieurs fois, des élèves parfaitement censés m’ont demandé pourquoi le poker, jeu si créatif et si stratégique, se réduisait ici à un simple tableau. J’en suis moi-même marri, mais c’est ainsi. Il y a d’un côté les jetons que l’on peut perdre ou gagner, et de l’autre une main face à une autre main prise au hasard. Si on compare les deux, il se passe un “effet de ciseaux” qui explique qu’à partir d’une certaine main, il devient en moyenne rentable d’envoyer le tapis. Et cela, un tableau le fait très bien.

– Quand les deux tapis sont très bas et proches.


Par exemple, l’un comporte 9 BB et l’autre comporte 12 BB. En fait, cette question se pose quand le plus gros tapis a moins du double que le plus petit. Donc si le plus petit a 9 BB, il y a problème pour le gros tapis s’il a entre 10 BB et 17 BB. Eh bien j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé la réponse. Si ce n’est que, à mon avis, il faut toujours appliquer SAGE. Je sais que cela peut déranger, mais n’oublions pas qu’il s’agit ici de rentabiliser l’opération.
Or, cette opération est rentable dès lors qu’il y a au moins 1 BB de différence entre les deux tapis.

– Et si l’adversaire est très large ou très serré ?

Nous pourrions bien sûr tripoter le tableau et générer deux barèmes secondaires, avec des IF inférieurs contre un joueur plus large et des IF supérieurs contre un joueur plus serré. Je pense que ce serait trop complexe, d’autant que vous pouvez vous-même faire un ajustement
approximatif.
Par exemple, si votre main est à la limite de l’IF minimum requis pour suivre (un point en-dessous  par exemple), vous pouvez jouer le coup si votre adversaire est large, mais vous pouvez renoncer s’il est serré. Je ne vois pas l’utilité d’en faire plus.

– Et si l’adversaire applique aussi le système SAGE ?

Il n’y a rien à faire de spécial. Quand les deux adversaires sont de même force (et dans ce cas précis, c’est bien vrai puisqu’ils se conforment au même tableau), c’est le mieux fourni en jetons qui a la plus grande probabilité de gagner le match. Cette probabilité est égale à sa proportion de jetons, comme nous l’avons déjà vu.
Notez que plus le temps passe, plus les joueurs sont nombreux à appliquer le système SAGE, plus l’avantage se réduit en fin de match. D’où l’importance d’arriver en Séquence 4 avec le plus gros tapis.

– Et que dire de la règle d’Harrington ?


Dans Poker Harrington 1, Dan Harrington rappelle que quand vous possédez un tapis égal à au moins 10 fois celui de l’adversaire, il est possible de le suivre quelle que soit votre main. Cette règle s’applique toujours, et même mieux : il est possible d’attaquer à tapis quelle que soit votre main aussi. Donc quoi que fasse l’adversaire, vous allez envoyer le tapis. Ce n’est pas de rapport de blinds qu’il est question ici, mais de rapport de tapis.
Sachez cependant que, même dans les matches à tapis profonds, il est assez rare de rencontrer ce rapport 1/10 (qui se trouve être en réalité le rapport 9/91). S’il gagne, le rapport devient 18/82 au pire pour l’adversaire, et là il faut revenir à la Séquence qui convient : soit la 3, soit la 4 s’il possède moins de 10 BB.

– Entraînez-vous !

Rien de mieux que l’entraînement cartes en mains, une fois de plus. Fixez au départ la hauteur du petit tapis, son possesseur, puis donnez-vous des mains prises au hasard. Calculez le plus vite possible leur IF, et appliquez le tableau."

-----------------------------------
A part cela, il est possible bien sûr d’envoyer le tapis AVANT d’arriver en séquence 4, mais cela fait l’objet d’un autre chapitre de Poker Duel.

Concernant le 3e point ci-dessus : la question consiste à se demander dans quelle mesure le tableau peut être modifié selon notre type d'adversaire. Or, il se trouve que le tableau que je publie dans
Poker Duel est déjà modifié. En effet, le SAGE d'origine s'applique seulement quand un des deux tapis atteint 7 BB ou moins. Dans Poker Duel, j'étends ce chiffre à 8 BB et 9 BB. Pourquoi ?

Parce que pour quelqu'un qui aborde SAGE pour la première fois, il est important d'appliquer une stratégie d'attaque pour une mise à mort finale de l'adversaire. Une fois sur deux, le passage de la Séquence 3 à la Séquence 4 (SAGE) se fait non pas suite à un pot mais à une augmentation des blinds. Par exemple, le plus petit des deux tapis a 12 BB, les blinds augmentent et il se retrouve soudain à 8 BB, en zone SAGE. Il est aux abois, surtout si l'adversaire possède au moins 16 BB (le double). Donc il doit se mettre immédiatement en mode "Push or fold" en appliquant tout de suite les critères SAGE. D'après moi, il vaut mieux être un joueur assez expérimenté pour se permettre de repousser le déclenchement de SAGE à 7 BB et moins, ce qui revient à jouer plus conservateur.

Pour terminer, je voudrais répondre à un lecteur qui ne se voyait pas payer son tapis avec K-4 assortis quand l'adversaire a 9 BB. Objectivement, c'est pourtant bien ce qu'il faut faire (IF = 32), parce que de son côté, l'adversaire peut avoir poussé son tapis avec une main moins bonne - par exemple Q-9s ou J-To. On note que K-4s est 52e sur les 169 mains possibles, donc qu'elle a une bonne probabilité d'être favorite préflop. Et même si cette main n'est pas favorite, par exemple si elle rencontre la main A-T, elle a encore presque 40% pour elle, ce qui n'est pas négligeable.

Naturellement, et c'est ce que j'explique dans le point 3, chacun est libre à partir de cette grille d'adapter ses décisions selon les événements et de ne pas envoyer le tapis avec K-4s. Mais en l'occurrence, si l'adversaire possède un As, il n'y a pas une énorme différence à envoyer le tapis avec K-9o, K-4s ou même K-2o. Dans ces 3 cas, vous êtes dominé entre 34% et 38%, donc vous jouez à peu de chose près le même pari.

Publié dans Stratégie

Commenter cet article