Le jeu collaboratif n'est pas toujours bon à prendre

Publié le par FMontmirel

C’est la table finale de l’EFOP Omaha pot-limit à 500€, le 8 février 2011. Il reste 8 joueurs. A ce moment, un joueur vient de prendre un très gros bad beat et n’a plus qu’un seul gros blind au tapis, au niveau 6K-12K. Il est gros blind à cet instant et fait donc tapis préflop.

UTG passe. UTG+1 suit. UTG+2 suit aussi. Je comprends ce qui se passe : certains joueurs vont payer en évitant soigneusement de relancer pour avoir plus de chances d’éliminer le gros blind. S’il est éliminé, nous monterons tous d’un cran dans la série des prix, que voici :

1 – 17.490 euros
2 - 12.495
3 – 8.120
4 – 4.995
5 – 3.750
6 – 3.125
7 – 2.500
8 – 1.876  

Je découvre ma main :

:Kc :Ks :Ts :9h 
C’est une main très bonne, haute, bien connectée. Une main avec laquelle je relance toujours, sauf circonstance spéciale.


Seulement il y a cette circonstance spéciale, qui est le jeu collaboratif. Je DOIS limper moi aussi. Mais il y a un problème. J’ai juste un tapis de 90K, donc un M de 5. J’ai même le plus petit tapis de la table, le plus gros étant à ma gauche, 400K environ. Le tapis moyen est légèrement supérieur à 205K (il y avait 137 joueurs à 12K chacun). Il est donc urgent que je trouve des jetons pour améliorer mon espérance de gain.

Pour résumer, je suis short stack doté d’une main forte. Finalement, je ne vois pas pourquoi je devrais limper moi aussi. D’abord parce que même limper va me prendre une grosse part de mes jetons si précieux, 13%, tout en réduisant la probabilité de gagner ce coup car j’aurai beaucoup d’adversaires à battre. Ensuite parce que je déteste gâcher la belle marchandise et j’entends bien exploiter cette main qui me sourit.

Si je relance à la hauteur du pot, soit 54K, j’ai une bonne chance de ramasser tout de suite 42K nets, et si tout le monde passe comme il faut s’y attendre, et que je perds, je ne perds que 12K. En relançant aussi fort, je protège ma main et je vais probablement avoir un seul adversaire, le mourant, pour un dead money énorme. Voilà pourquoi j’ai décidé finalement de ne pas jouer le jeu collaboratif et de relancer à la hauteur du pot.

Aussitôt j’ai subi les critiques des autres joueurs, pour lesquels je ne jouais pas le jeu collaboratif de rigueur. Je leur ai expliqué que vu mon petit stack et la puissance de ma main, je ne pouvais pas m’amuser à ces fantaisies, et qu’il était plus urgent pour moi de renforcer mon stack, parce que j’estimais que cela me faisait gagner plus en lot final que d’éliminer tout de suite un adversaire.

Je reconnais qu’en presque 20 ans de tournois de haut niveau, c’est la première fois que je refusais le jeu collaboratif.

Comme je m’y attendais, personne ne m’a payé, je me suis retrouvé en tête-à-tête avec le mourant, et je l’ai battu, ce qui a porté mon tapis à 132K. Mais qu’on me comprenne bien : ce qui se passe après la décision n’est pas ce qui importe. Ce qui importe, c’est pourquoi j’ai finalement opté pour cette décision. Et si elle était appropriée.

De retour chez moi après la finale (dont j’ai été éliminé en 7e place), je me suis posé la question de savoir si les ICM me donnaient raison ou tort, si mon raisonnement situationnel était ou non validé par le calcul. Pour ce faire, j’ai reconstitué les tapis puis comparé les 2 situations possibles :



– Situation 1 : Je joue le jeu collaboratif et un autre joueur limpe après moi

.situation 1A : le mourant gagne. Mon tapis final est alors de 78K, celui du mourant est de 66K et il reste 8 joueurs.

.situation 1B : je gagne. Mon tapis final est alors de 144K et il reste 7 joueurs.

.situation 1C : le mourant et moi perdons. Mon tapis final est alors de 78K et il reste 7 joueurs.



– Situation 2 : Je ne joue PAS le jeu collaboratif, donc je relance à 54K et tout le monde passe

.situation 2A : le mourant gagne. Mon tapis final est alors de 78K, celui du mourant est de 54K et il reste 8 joueurs.

.situation 2B : je gagne. Mon tapis final est alors de 132K et il reste 7 joueurs.

 

Vous noterez que je n’ai pas tenu compte du cas où j’accepte le jeu collaboratif et où un adversaire relance, qui est improbable.

 

Chacune de ces situations génère une espérance de gain (ICM). Dans un calcul d’ICM, le plus important est de savoir quel est notre niveau par rapport aux adversaires. En l’occurrence, à cette table, je m’estimais d’un niveau équivalent à ceux qui ont limpé avant moi. C’est pourquoi la démarche ICM me paraît valable ici.

Mais pour être juste, les espérances ICM doivent être pondérées par la probabilité d’apparition de la situation correspondante. J’évalue ces probabilités à :

- situation 1A : 10%
- situation 1B : 25%
- situation 1C : 65%             
- situation 2A : 40%
- situation 2B : 60%

J'ai donc procédé en deux temps :

– d’abord calculer mon espérance de gain ICM selon chaque situation ;

– puis pondérer ces espérances selon leurs probabilités respectives.

Je vous épargne les tableaux d’ICM calculés sur le site ICMpoker. Voici les espérances de gain obtenues pour les 5 situations, d’après les calculs ICM :


 

OmahaStatsEFOP2011.jpg

 

 

Ce qui nous donne :

– espérance totale Situation 1 : 4.981,06€

– espérance totale Situation 2 : 5.268,20€

 

 

Conclusion

 

Je me félicite d’avoir pris la bonne décision. La différence n’est pas énorme (5%) mais elle valide mon choix. Cela prouve qu’il faut savoir parfois déroger aux habitudes. La prochaine fois que vous aurez un jeu collaboratif en vue, réfléchissez avant de l’accepter. La plupart du temps, il faut le jouer, mais ce n’est pas toujours le cas.

 

J'ajoute que s'il s'était agi de Hold'em no-limit et si j'avais eu la main K-K, toutes choses égales par ailleurs, j'aurais envoyé le tapis. J'aurais été d'autant plus justifié dans mon acte que les différences de puissance préflop entre deux mains sont plus grandes en Hold'em qu'en Omaha, donc les pondérations auraient davantage joué en ma faveur.

Publié dans Stratégie

Commenter cet article

brduke 28/02/2011 15:44


Belle décision, logique aussi à mes yeux avec une telle main et un tel stack. VGG !


quellange 28/02/2011 08:30


A une table finale c'est chacun pour soi, point finale. GG