Poker GUKPT de Londres : Omaha £500

Publié le par FMontmirel

TaxiBluff-copie-1

Bon, eh bien on dira que le premier tournoi aura été pour s'échauffer...

Je m'attendais à un tournoi plein (le Victoria avait annoncé 120 joueurs max), mais en fait nous n'avons été que 60 joueurs en Omaha £500. A mettre en regard des 120 joueurs dans l'Omaha à 1000 euros des EFOP à Paris...

Niveaux de 45 minutes, double chance 5.000 x 2, premier niveau 25-50, bref, une bonne structure. D'ailleurs j'ai gagné 1.000 à mon premier coup sans même abattre.

Puis sont arrivés à la table 3 joueurs hyper-nerveux et agressifs. Ils jouaient en moyenne un coup sur 3, avec à chaque fois relance au pot. Je crois n'avoir jamais vu autant de tapis voler en Omaha de ma vie. L'un des 3 s'est fait éliminer au bout d'une demi-heure, les deux autres ont touché des mains invraisemblables, ce qui a fait sauter trois joueurs solides.

Un exemple de coup hyper-nerveux : au niveau 25-50, relance à 300 de l'un, relance à 1.200 de l'autre, relance à 4.800 de l'autre, tapis, tapis. Ils avaient chacun A-A, mais deux mains sans rien d'autre, à part l'un des deux qui avait un tirage couleur max du genre :Ac :3c . Pas de quoi fouetter un chat, et cela leur a suffi pour faire voler les tapis préflop... et partager le pot.

Moi je me faisais tout petit dans mon coin, attendant sagement que l'orage passe et que les filous s'explosent, qu'on puisse commencer un jeu sérieux... Mais je n'ai touché que des cartes noires. Quand vous avez un ou deux dingues en Omaha, si vous touchez, vous êtes le roi du monde - et c'est un peu ce qui m'est arrivé aux EFOP contre un hyper-agro que j'ai fini par éliminé en lui prenant tous ses jetons. Mais cela ne marche que si vous avez de bonnes cartes de temps en temps.

C'est précisément ce qui m'a manqué hier soir. J'ai bien gagné deux autres coups ensuite, ce qui m'a fait monter à 9.000, mais j'ai été érodé après.

Par exemple avec ce coup : j'ai :Kc :5c :Kh :8h , main qui n'est pas du tout premium mais qui a beaucoup d'atouts. Je relance préflop au pot, au bouton, et un joueur me suit. Arrive ce flop :

:9c :Tc :Qh

qui me donne à la fois un tirage à couleur second et un tirage couleur backdoor second. Mais je crains le tirage à quinte adverse, bien sur, voire la quinte. L'adv checke, je dois lui couper sa cote, donc j'envoie le pot. Il suit, ce qui me confirme qu'il n'a pas la quinte. Arrive la turn :

:9c :Tc :Qh :3h

qui me donne deux tirages seconds et qui n'améliore pas le tirage à quinte possible de l'adv. J'ai maintenant 36% de chance de toucher la couleur. j'ouvre à la moitié du pot, il suit. Enfin la river :

:9c :Tc :Qh :3h :8s

Carte ignoble pour moi car non seulement elle ne me donne pas la couleur, mais en plus elle rapproche l'adv d'une quinte possible. Il checke, je réfléchis : curieux... Je peux tenter un arrachage ici, mais il a plus que moi en jetons et je n'ai plus assez de profondeur... Je me résigne à checker aussi, après tout mes Rois le battent peut-être... Peine perdue, il abat sur mes Rois une quinte malgré tout touchée à la dernière, avec J-9 en main. Il avait manifestement sur-évalué ses chances car il m'a suivi avec une main très outsider... Voilà ce que c'est quand on ne touche pas ses cartes...

Au niveau 75-150, j'ai :Ac :7h :7d :8h au départ. Il me reste 2.200, l'un des deux enragés relance à 600, je réfléchis : je suis en début de parole, si je dois jouer cette main, j'y mets le quart de mon tapis, mais comme elle n'est pas premium, je ne veux pas mettre tout mon tapis. Je tente de suivre, quitte à sortir du coup si je suis relancé. Deux autres joueurs suivent, et le flop donne :

:7c :8s :Qs

J'ai le 3e brelan, qui est aussi la 3e main possible. L'attaquant envoie le pot, environ 2.000, je le vois sur un tirage et je cherche à ne pas penser au brelan de Dames ou de Huit (qui est moins possible vu que je bloque un Huit). Je paie ce qui me reste, environ 1.600. Je ne vois pas de toute façon comment je pourrais passer ici. Un autre joueur paie également, l'autre passe.

Le coup se termine en check-check (ce qui me donne beaucoup d'espoir) et le tableau final donne :

:7c :8s :Qs :9c :3h

Le relanceur abat J-T (quinte à la turn) ;( et l'autre était sur les piques qu'il n'a pas touchés. Je remarqué que c'est moi qui avais la meilleure main de départ. Mais c'est ainsi en Omaha : il y a beaucoup moins de différence entre la meilleure et la pire main qu'en Hold'em.

C'est le genre de coups difficilement évitables quand on arrive à un petit tapis. Il faut un coup-charnière, c'était celui-là, qui m'aurait propulsé à environ 7.500 si je l'avais gagné, de quoi me remettre dans le jeu à un moment où le tapis moyen était de 12.000 à peu près. Je me suis levé sans trop de regrets après ces 2h de jeu, vu que les cartes n'étaient pas au rendez-vous et que j'estime avoir bien mené mon tournoi à cette table.

Quelques mots sur le Victoria : Le casino a été entièrement refait depuis qu'il a été repris par Grosvenor il y a quelques années, c'est une réussite totale. La poker room comporte une quinzaine de belles tables bien écartées les unes des autres, l'ambiance est décontractée et courtoise, proche de celle des card rooms américaines. Un floor est venu au cours du tournoi à ma table pour régler un différend, il s'est montré compétent. Il y a un service de massage permanent. On note aussi que l'inscription au Victoria est gratuite, ce qui ne gâche rien. :)

Un point noir : un seul caissier, constamment submergé, donc une file d'attente longue pour changer des jetons. :(

Et en plus : les pourboires sont possibles depuis peu, aussi les radins du pourboire ont mangé leur pain blanc. Au blackjack, les amoureux du sabot à 4 jeux en seront pour leurs frais : les sabots ont maintenant 6 jeux, comme en France. ;( Le temps de mes rushes enfiévrés du début des années 1990 est définitivement révolu.

Tout à l'heure à 17h, le THNL $500+$50...

_______________________________________
(Photo : taxi aux couleurs du magazine "Bluff" photographié le 19/03/10 sur Edgware Road).

Publié dans Mes tournois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article