4 questions à Antoine Saout, "l'Elu" !

Publié le par jokerdeluxe

A l’heure où je publie ces lignes sur mon blog, Antoine Saout est assis confortablement dans son avion pour Las Vegas. Antoine, c’est ce jeune breton de 25 ans qui ne savait pas ce qu’était le poker il y a encore deux ans (sic) et qui va disputer la finale du WSOP Main Event le 7 novembre prochain, le tournoi-référence du circuit annuel. Rappelons que parmi les 9 finalistes, il n’y a que deux non-Américains : un Anglais et Antoine.

Hier soir, une party d’adieu avait été organisée par son sponsor dans une boîte du 11e, le Réservoir. Antoine, tout de blanc vêtu comme à son habitude, se prêtait de bonne grâce au jeu incessant des questions des journalistes, dont 80% (des questions) se répètent. Dans un brouhaha intenable mais roboratif, et entouré d'Ayesha, MacLeod et Jupiter, je lui ai posé les miennes.

FM : Tu t’es fait coacher ces trois derniers mois ?

AS : On me l’a proposé mais j’ai refusé.

Qui devras-tu craindre le plus, selon ce que tu sais des joueurs en place ?

Je ne les ai pas tous vus jouer mais j'aurai beaucoup à craindre de Joe Cada.

Tu as vraiment les pieds sur terre ?

Oui, complètement. Je ne plane pas, je suis resté près de ceux que j’aime, je suis à l’aise pour attaquer la finale.

Les bookmakers te mettent à 1% alors qu’ils cotent Ivey à plus de 70%, et pourtant vous avez des tapis comparables. Qu’est-ce que tu en penses ?

AS : C’est normal, personne ne me connaît.



Rappelons, juste pour nous détendre, les prix rattachés aux finalistes :

1st : $8,546,435
2nd : $5,182,601
3rd : $3,479,485
4th : $2,502,787
5th : $1,953,395
6th : $1,587,133
7th : $1,404,002
8th : $1,300,228
9th : $1,263,602

Sur les 27 millions qu'il reste à gagner, les 5 derniers joueurs gagnent chacun moins de 7%. Les places d'honneur sont les 4 premières. Ce qui veut dire que très tôt, la bataille va faire rage. Antoine, n'oublie pas d'attacher ta ceinture...

Rappel de l'histoire
Chanter les louanges d'Antoine
L'interview déglinguée d'Antoine

Publié dans Interview flash

Commenter cet article