Une très bonne année… et de quoi lire un peu

Publié le par FMontmirel

Prenons les sujets dans l'ordre.

On en a tellement bavé en 2015 qu'on avait hâte de tester une autre année, pour voir. Alors pourquoi pas 2016, et comme un flop et sa carte brûlée, je me suis amusé à en faire une photo. Donc oui, amies et amis, bonne et heureuse année 2016 à toutes et à tous !

Une très bonne année… et de quoi lire un peu

Maintenant, un peu de poker, et je vous propose de l'itinérance, puisque ce mot est à la mode. Il y a comme ça des livres uniques en leur genre, et celui dont j'ai à vous parler en fait partie. Car qui aurait l'idée d'écrire, jour après jour, deux ans de galères passées à aller de ville en ville dans 7 pays d'Amérique du sud en gagnant sa vie au poker ?

Sur une moto chinoise qui avance quand elle veut ?

Brésil, Paraguay, Argentine, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie. Sacrée tirée !

En lisant – en dévorant – Récit d'un joueur itinérant, titre étrangement descriptif pour une épopée aussi lunaire, je me suis replongé dans l'atmosphère de La Terre en Rond de Jacques Séguéla, qui relate son tour du monde en 2 CV réalisé en 1960, pendant la traversée à fond de cale d'un vieux cargo déclassé, quelque part entre Philippines et Viet Nam :

"Ainsi commence une partie de poker qui durera dix-sept jours et dix-sept nuits. Felipe et Jacques se relayant, l'un remplaçant l'autre pendant qu'il dort et réciproquement. Une partie au cours de laquelle on va jouer tout à tour à tous les pokers actuellement connus des spécialistes : le poker simple, le poker à sept cartes, le "Base-ball" où l'on désigne à l'avance deux jokers, le poker mexicain, le poker d'Alexandrie, les trois pokers chinois, etc."

C'est toute la différence entre ceux qui croient partir à l'aventure quand ils prennent leur billet pour Vegas en se plongeant dans ce monde fait de clinquant et de tire-bourses (dans tous les sens du terme), qui est à l'aventure ce que Disneyland est au divertissement, et ceux qui s'achètent un aller simple pour un pays lointain dans l'idée de casser la monotonie en se disant : "Le poker est mondial, j'y joue pas mal, alors allons-y !"

Sans aucun doute le livre de poker de l'année 2015 !

Sans aucun doute le livre de poker de l'année 2015 !

Vous voulez du vrai poker qui transpire, qui vous pousse vers l'inconnu, qui vous fait croiser des types louches parlant sabir en vous regardant de travers, entre deux pistes poussiéreuses, un paysage de rêve aux cascades infernales, un bidonville, des nanas qui vous font du gringue parce que vous sentez l'Europe à plein nez et des villas de riches exploitants de café ?

Jonathan Salamon est votre homme. Il a vu tout ça, il l'a vécu, jour après jour, en sauts de puces où chaque étape est marquée par le membre d'un réseau social qui accepte de vous héberger une nuit ou deux. Parfois vous croisez l'amour, parfois c'est une partie fine qui se prépare, mais dans ces pays où le poker est la plupart du temps prohibé par des autorités par ailleurs pas toujours blanc-bleu, où la corruption est élevée à un sport national, les cash-games dignes de ce nom sont rares… et ceux qui sont honnêtes, encore plus.

Il faut creuser comme un lapin pour les trouver, et encore, si vous avouez que vous financez votre voyage en jouant, n'attendez surtout pas des cris d'admiration mais de la méfiance. Passez plutôt pour le touriste un peu paumé prêt à taper le carton pour se détendre, c'est plus sûr si vous tenez à rester en bonne santé.

En-dehors de ce côté aventure brut qui transpire à chaque page, ce livre se distingue par les descriptions à la volée, à chaud, de celles qu'on serait bien incapable de reproduire à distance.

"– Bonjour, c'est ici qu'on joue au poker ? – Ah non, qui t'a renseigné ? – Au casino, on m'a dit de venir ici. – Non, ils se sont trompés.

"Je vois bien que le mec est méfiant. Dans ce genre d'endroit, ils ne doivent pas voir débarquer des nouveaux tous les jours. Pour rompre la glace, en rigolant, je lance : – Vraiment on joue pas au poker ? Mais il y a des jetons partout !"

Après ça, c'est la corde ou l'accolade. Pour lui ce fut l'accolade.

"Foz de Iguazu. Mon couchsurfeur Luiz m’a réservé une petite surprise. Je viens à peine de sortir du bus qu’il m’emmène directement chez son père. Celui-ci organise régulièrement avec ses potes une homegame dans laquelle ils misent peu, et boivent beaucoup." (photo de Jonathan Salamon)

"Foz de Iguazu. Mon couchsurfeur Luiz m’a réservé une petite surprise. Je viens à peine de sortir du bus qu’il m’emmène directement chez son père. Celui-ci organise régulièrement avec ses potes une homegame dans laquelle ils misent peu, et boivent beaucoup." (photo de Jonathan Salamon)

Jonathan a créé un blog, http://www.worldpokertrip.net. On y trouve les vidéos, les photos, les textes, l'ambiance aussi.

Mais le livre a une magie particulière. Il reprend la tradition des carnets de voyages, où l'on note ses impressions, les curiosités que "là-bas, c'est différent"… on les note de peur de les oublier. Et de fait, par la bouche et les yeux d'un jeune gars qui fonce pour se faire plaisir et pour se mettre en danger, très vite le livre prend une musique, un rythme spéciaux, propres, entrecoupés des meilleures photos dont certaines gardent leur pointe de mystère.

Deux ans ! Deux ans à survivre avec une bankroll qui joue au yoyo, avec l'obligation d'être rentable, de tuer cette p… de variance qui vous joue des tours pendables. Deux ans à vivre la séparation brute d'avec les siens, la plongée dans un quasi inconnu, à faire confiance à des gens qu'on n'a jamais vus avant, à mettre votre vie entre leurs mains.

Si ça c'est pas du poker !

Hugo et Cie, 19,95€, 500 pages.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 04/02/2016 12:16

Merci pour la présentation du livre "récit d'un joueur itinérant", ça fait un moment que je cherche des livres sur des joueurs de poker, je vais l'acheter.

FMontmirel 05/02/2016 15:59

Il en existe d'autres parus précédemment, en vrac : "Easy Money", "Joueur né", "Un joueur de poker", "Lost Vegas" et même "La banque a sauté".